Barres représentant une icône de menu
Loupe représentant une icône de recherche
Lettre x représentant une icône de fermeture
La photo d'un visage

La photo d'un visage

La photo d'un visage

Mentorat

Guillaume Vallée

Guillaume Vallée

réalisateur en cinéma expérimental

Cinéaste expérimental, artiste vidéo et commissaire indépendant, Guillaume Vallée est diplômé de l'Université Concordia en cinéma d'animation et titulaire d'un MFA in Studio Arts - Film Production. Il s'intéresse à toutes formes alternatives de l'image en mouvement. Son travail fait usage de différentes techniques techno-artisanales en explorant la matérialité médiatique par des interventions directes, des manipulations optiques et de la distorsion analogique dans le but de créer des oeuvres hybrides et élargies.

Vallée questionne les notions de réappropriation et de recyclage, en traitant tout matériau comme du found footage au sein d'une pratique uniquement collaborative, dans le cadre de créations filmiques, vidéographiques et performatives. Ses performances audiovisuelles ont été présentées dans une multitude de festivals (MUTEK, O.F.N.I., FICFA, Les Percéides, (...)) et ses films et vidéos expérimentaux, en distribution chez Vidéographe, ont été présentés internationalement. Son dernier court-métrage, Le bulbe tragique, a remporté le ''Best Canadian Work'' au festival WNDX (Festival of Moving Image). Il est aussi co-fondateur & programmateur au Festival Ibrida*Pluri, avec Sonya Stefan et Samuel Bobony.

Guillaume Vallée complète un doctorat en Études et Pratiques des Arts à l'UQAM, sous la direction de Louis Jacob et Mario Côté. Ça thèse Recherche-Création à comme sujet les notions de dispositifs bricolés, de scène et de l'artiste en tant que bricoleur, autour des pratiques du cinéma expérimental.

Nelly-Ève Rajotte

Nelly-Ève Rajotte

artiste en performance et mapping

Après un baccalauréat en histoire de l’art, Nelly-Ève Rajotte entreprend un second diplôme de premier cycle à l’École des arts visuels et médiatiques (UQÀM), formation qui se solde par l’obtention d’une maîtrise en 2006. Outre de nombreuses expositions en sol québécois – à la SAT, la Fonderie Darling, Parisian Laundry, Occurrence, Clark et L’Oeil de Poisson, Optica parmi tant d’autres – ses œuvres ont été diffusées dans plusieurs festivals au Canada (MUTEK, Antimatter Underground Film Festival, Festival International du film sur l’art), ainsi que plusieurs festivals à travers le monde, International short film festival of Berlin and Official Selection Transmedial.08 Berlin,(Allemagne), Otherworldly, Manchester UrbanScreens,(UK), EXiS2007,(Corée), Moscow International Film Festival and Finnish Contemporary Art Fair, Taide08.

Artiste multidisciplinaire, Nelly-Ève Rajotte œuvre au confluent de la performance, de la vidéo et de l’installation. Reconnue entre autres pour ses projections monumentales, Rajotte s’intéresse aux conditions sensibles de l’expérience spectatorielle. Elle investigue la relation à l’espace et sonde l’arborescence des sensations physiques et des états psychologiques inscrits dans la réception. Son travail conjoint de l’image et du son reflète en ce sens une certaine altérité de la représentation et de l’expérience.

Autour de la figure récurrente du paysage, Rajotte adopte une posture romantique où les tensions et jeux d’opposition de la composition permettent d’explorer les processus de construction de l’image. Elle emprunte aux stratégies cinématographiques des effets de montage et de mise en scène qui non seulement transforment, mais esthétisent la réalité. Épuré et fragile, le paysage s’affirme ainsi à travers les opérations de l’artiste comme un objet culturel. Le son accompli ensuite ce glissement « hors nature » de l’image en brodant autour d’elle un univers atypique quasi anxiogène. L’environnement sonore double le potentiel sensible de l’œuvre en niant ou exaltant le discours de l’image. Ces trames se répondent, se repoussent et déstabilisent la réception qu’elles remettent en somme au cœur de l’œuvre.