Barres représentant une icône de menu
Loupe représentant une icône de recherche
Lettre x représentant une icône de fermeture
image couleur, un crane rasé de dos

© Chantal duPont, Du front tout le tour de la tête, 2000

Les Vidéographes :
Le théâtre de mes images et Performance pour un écran

PROGRAMMATION


Festival International du Film sur l'Art
16 - 28 mars 2021

Diffusion en ligne

Tarification du festival



Nous sommes heureux d’annoncer que, dans le cadre de sa 39e édition, le Festival International du Film sur l’Art (FIFA) s’associe à Vidéographe et aux célébrations entourant le 50e anniversaire de notre organisme.  La section FIFA Expérimental accueillera deux programmes élaborés par Luc Bourdon, vidéaste et cinéaste de Montréal, et l’équipe de Vidéographe.

 

Les Vidéographes – Le théâtre de mes images
Le selfie, l’autoportrait, l’autofilmage, la représentation de soi à l’écran font partie de l’histoire et du développement du langage vidéographique. La scène se transforme et devient ce cadre de la caméra qui regarde le sujet évolué. Entre performances et confessions, on devient vite des intimes face à des vidéographes qui nous confient leurs présences et leurs imaginations à l’écran.

Ce théâtre intime, celui du moi et du je, prend la forme ici de cinq œuvres singulières réalisées par cinq vidéographes marquantes de la collection.

PROGRAMME ( 64 min)
Lydie Jean-Dit-Pannel, Cela avait commencé par un accident, 2014
Manon Labrecque, La petite vision, 1994, 5 min
Chantal duPont, Du front tout le tour de la tête, 2000, 30 min
Monique Moumblow, Joan et Stephen, 1996, 12 min
Kim Kielhofner, The Coldest Day of the Year, 2020, 9 min

 

Les Vidéographes – Performance pour un écran
Dès le début de l’expérience Vidéographe en 1970, le milieu des arts visuels, de la danse, de la scène et de la performance ont participé à l’aventure en réalisant des œuvres leur permettant de jouer avec leurs propres images, de capter leurs prestations ou de d’aborder leurs pratiques sur un support audiovisuel.

Sélection de 7 courtes vidéos permettant d’illustrer la pratique de la performance vidéo et de croiser la pionnière du genre, nul autre que Marshalore.

PROGRAMME (57 min)
Monty Cantsin, Infraduction, 1982, 7 min
Sylvie Laliberté, Oh la la du narratif, 1997, 14 min
Yudi Sewraj, Rut, 1998, 3 min
Nathalie Bujold, Emporium, 1999, 11 min
Rachel Echenberg, 12 Hours, 2001, 8 min
marshalore, Street Actions, 1997, 6 min
Sylvanie Tendron, Vampire domestique, 2016, 8 min

 

BIOGRAPHIE
Luc Bourdon est l’une des figures majeures de l’art vidéographique au Canada. Depuis plus de 25 ans, il a signé une cinquantaine d’œuvres de genres divers – documentaires, fictions, expérimentations – dont plusieurs d’entre elles prennent pour sujet les arts et la culture (De la parole aux actes, 2000, La grande bibliothèque, 2005, Classes de maîtres, 2008) tout en faisant une place prépondérante à l’histoire et à la mémoire. Ces notions se retrouvent ainsi au cœur du premier long métrage qu’il réalise à l’ONF, La mémoire des anges qui a remporté au Festival du Nouveau Cinéma de Montréal, en octobre 2008, le Grand Prix Focus – Cinémathèque Québécoise remis au meilleur long métrage canadien.

 

image couleur, un crane rasé de dos

© Chantal duPont, Du front tout le tour de la tête, 2000

Les Vidéographes :
Le théâtre de mes images et Performance pour un écran

PROGRAMMATION


Festival International du Film sur l'Art
16 - 28 mars 2021

Diffusion en ligne

Tarification du festival



Nous sommes heureux d’annoncer que, dans le cadre de sa 39e édition, le Festival International du Film sur l’Art (FIFA) s’associe à Vidéographe et aux célébrations entourant le 50e anniversaire de notre organisme.  La section FIFA Expérimental accueillera deux programmes élaborés par Luc Bourdon, vidéaste et cinéaste de Montréal, et l’équipe de Vidéographe.

 

Les Vidéographes – Le théâtre de mes images
Le selfie, l’autoportrait, l’autofilmage, la représentation de soi à l’écran font partie de l’histoire et du développement du langage vidéographique. La scène se transforme et devient ce cadre de la caméra qui regarde le sujet évolué. Entre performances et confessions, on devient vite des intimes face à des vidéographes qui nous confient leurs présences et leurs imaginations à l’écran.

Ce théâtre intime, celui du moi et du je, prend la forme ici de cinq œuvres singulières réalisées par cinq vidéographes marquantes de la collection.

PROGRAMME ( 64 min)
Lydie Jean-Dit-Pannel, Cela avait commencé par un accident, 2014
Manon Labrecque, La petite vision, 1994, 5 min
Chantal duPont, Du front tout le tour de la tête, 2000, 30 min
Monique Moumblow, Joan et Stephen, 1996, 12 min
Kim Kielhofner, The Coldest Day of the Year, 2020, 9 min

 

Les Vidéographes – Performance pour un écran
Dès le début de l’expérience Vidéographe en 1970, le milieu des arts visuels, de la danse, de la scène et de la performance ont participé à l’aventure en réalisant des œuvres leur permettant de jouer avec leurs propres images, de capter leurs prestations ou de d’aborder leurs pratiques sur un support audiovisuel.

Sélection de 7 courtes vidéos permettant d’illustrer la pratique de la performance vidéo et de croiser la pionnière du genre, nul autre que Marshalore.

PROGRAMME (57 min)
Monty Cantsin, Infraduction, 1982, 7 min
Sylvie Laliberté, Oh la la du narratif, 1997, 14 min
Yudi Sewraj, Rut, 1998, 3 min
Nathalie Bujold, Emporium, 1999, 11 min
Rachel Echenberg, 12 Hours, 2001, 8 min
marshalore, Street Actions, 1997, 6 min
Sylvanie Tendron, Vampire domestique, 2016, 8 min

 

BIOGRAPHIE
Luc Bourdon est l’une des figures majeures de l’art vidéographique au Canada. Depuis plus de 25 ans, il a signé une cinquantaine d’œuvres de genres divers – documentaires, fictions, expérimentations – dont plusieurs d’entre elles prennent pour sujet les arts et la culture (De la parole aux actes, 2000, La grande bibliothèque, 2005, Classes de maîtres, 2008) tout en faisant une place prépondérante à l’histoire et à la mémoire. Ces notions se retrouvent ainsi au cœur du premier long métrage qu’il réalise à l’ONF, La mémoire des anges qui a remporté au Festival du Nouveau Cinéma de Montréal, en octobre 2008, le Grand Prix Focus – Cinémathèque Québécoise remis au meilleur long métrage canadien.

 

image couleur, un crane rasé de dos

© Chantal duPont, Du front tout le tour de la tête, 2000

Les Vidéographes :
Le théâtre de mes images et Performance pour un écran

PROGRAMMATION


Festival International du Film sur l'Art
16 - 28 mars 2021

Diffusion en ligne

Tarification du festival



Nous sommes heureux d’annoncer que, dans le cadre de sa 39e édition, le Festival International du Film sur l’Art (FIFA) s’associe à Vidéographe et aux célébrations entourant le 50e anniversaire de notre organisme.  La section FIFA Expérimental accueillera deux programmes élaborés par Luc Bourdon, vidéaste et cinéaste de Montréal, et l’équipe de Vidéographe.

 

Les Vidéographes – Le théâtre de mes images
Le selfie, l’autoportrait, l’autofilmage, la représentation de soi à l’écran font partie de l’histoire et du développement du langage vidéographique. La scène se transforme et devient ce cadre de la caméra qui regarde le sujet évolué. Entre performances et confessions, on devient vite des intimes face à des vidéographes qui nous confient leurs présences et leurs imaginations à l’écran.

Ce théâtre intime, celui du moi et du je, prend la forme ici de cinq œuvres singulières réalisées par cinq vidéographes marquantes de la collection.

PROGRAMME ( 64 min)
Lydie Jean-Dit-Pannel, Cela avait commencé par un accident, 2014
Manon Labrecque, La petite vision, 1994, 5 min
Chantal duPont, Du front tout le tour de la tête, 2000, 30 min
Monique Moumblow, Joan et Stephen, 1996, 12 min
Kim Kielhofner, The Coldest Day of the Year, 2020, 9 min

 

Les Vidéographes – Performance pour un écran
Dès le début de l’expérience Vidéographe en 1970, le milieu des arts visuels, de la danse, de la scène et de la performance ont participé à l’aventure en réalisant des œuvres leur permettant de jouer avec leurs propres images, de capter leurs prestations ou de d’aborder leurs pratiques sur un support audiovisuel.

Sélection de 7 courtes vidéos permettant d’illustrer la pratique de la performance vidéo et de croiser la pionnière du genre, nul autre que Marshalore.

PROGRAMME (57 min)
Monty Cantsin, Infraduction, 1982, 7 min
Sylvie Laliberté, Oh la la du narratif, 1997, 14 min
Yudi Sewraj, Rut, 1998, 3 min
Nathalie Bujold, Emporium, 1999, 11 min
Rachel Echenberg, 12 Hours, 2001, 8 min
marshalore, Street Actions, 1997, 6 min
Sylvanie Tendron, Vampire domestique, 2016, 8 min

 

BIOGRAPHIE
Luc Bourdon est l’une des figures majeures de l’art vidéographique au Canada. Depuis plus de 25 ans, il a signé une cinquantaine d’œuvres de genres divers – documentaires, fictions, expérimentations – dont plusieurs d’entre elles prennent pour sujet les arts et la culture (De la parole aux actes, 2000, La grande bibliothèque, 2005, Classes de maîtres, 2008) tout en faisant une place prépondérante à l’histoire et à la mémoire. Ces notions se retrouvent ainsi au cœur du premier long métrage qu’il réalise à l’ONF, La mémoire des anges qui a remporté au Festival du Nouveau Cinéma de Montréal, en octobre 2008, le Grand Prix Focus – Cinémathèque Québécoise remis au meilleur long métrage canadien.