Barres représentant une icône de menu
Loupe représentant une icône de recherche
Lettre x représentant une icône de fermeture
Portrait en couleur d’un homme blond en chemise blanche. Se superposent des images en transparence.

©Owen Eric Wood, Self Portrait, 2004

Lucie Szechter
Son propre visage en partage

Programmation en ligne

24 mai - 24 août 2018
Vithèque

Gratuit



Le programme Son propre visage en partage a été réalisé lors d’une résidence de recherche et de commissariat de Lucie Szechter à Vidéographe en avril-mai 2018, et s’interroge sur les enjeux soulevés par le visage dans la pratique de l’autofilmage.

Qu’est-ce que l’autofilmage ?
Littéralement Auto : du grec αὐτὸς signifiant « par soi-même » et Filmage : action de filmer. Se filmer soi-même. Le premier dispositif d’autofilmage qui pourrait nous venir en tête est certainement celui d’une caméra au poing retournée vers la personne qui se filme elle-même. Comme c’est le cas pour les « selfies »-vidéos tournées avec un cellulaire. L’entrée dans le champ du bras qui tient l’appareil d’enregistrement est un indice simple à identifier. Le geste associe au sein même du plan les deux fonctions de l’auteur-e de cet enregistrement : la personne filmée est également la personne qui filme, et vice versa. [ + ]

Visionnez le programme+

Les œuvres sélectionnées
Abba Mao, Pascal Lièvre, 2011, 4 min 30 s
L’image de l’Afrique au Québec, Cheikh Tidiane Gadio, 1986, 27 min
AD INFINITUM., Lydie Jean-Dit-Pannel, 2017, 34 min
Cut the parrot (coupez le perroquet), Donigan Cumming, 1996, 40 min
You Must Remember This, marshalore, 1978-1979, 26 min
Manipuler son corps, Laëtitia Bourget, 1998, 4 min 30 s
Self portrait, Eric Owen Wood, 2004, 2 min 45 s
Du front tout le tour de la tête, Chantal duPont, 2000, 30 min
Got away in the dying moments, Dennis Day et Ian Middleton, 1992, 5 min
Le récit d’A, Esther Valiquette, 1990, 20 min

 

Biographie
Née à Nantes (France) en 1987, Lucie Szechter a obtenu sa Maîtrise en Études Cinématographiques à l’Université de Montréal avant d’intégrer le programme doctoral en recherche-création « Art et Sciences de l’art » à l’École de Recherche Graphique (Bruxelles) et l’Université de Liège avec la bourse nationale Fresh allouée par le FNRS. En 2014, elle tourne son premier court-métrage de fiction Plage(s) produit par le Groupe de Recherches et d’Essais cinématographiques (G.R.E.C). Plage(s) a été sélectionné dans de nombreux festivals, notamment à Côté Court (Pantin), au Festival International de Films de Femmes (Créteil), et a reçu le prix « Courts d’ici 2014 » à Nice pour Un festival c’est trop court. Lucie Szechter a été invitée l’année suivante par le centre d’art contemporain le BAL à Paris pour réaliser un projet cinématographique avec des enfants dans le cadre de leur programme « La Fabrique du regard ». En 2016 elle a finalisé son second film, 27 ans, un travail documentaire articulant témoignages sonores et found footage. Fin 2016, sur l’invitation du G.R.E.C, de France 2 et l’Agence du court métrage, elle réalise un film d’une minute pour une collection hommage aux opérateurs Lumière. Lucie Szechter tourne actuellement son nouveau film, L’Oreille décollée, produit par Aurora films avec le soutien de la région Pays de la Loire et du CNC. Elle écrit également sur le cinéma dans des revues canadiennes et françaises. cargocollective.com/lucieszechter

 

Portrait en couleur d’un homme blond en chemise blanche. Se superposent des images en transparence.

©Owen Eric Wood, Self Portrait, 2004

Lucie Szechter
Son propre visage en partage

Programmation en ligne

24 mai - 24 août 2018
Vithèque

Gratuit



Le programme Son propre visage en partage a été réalisé lors d’une résidence de recherche et de commissariat de Lucie Szechter à Vidéographe en avril-mai 2018, et s’interroge sur les enjeux soulevés par le visage dans la pratique de l’autofilmage.

Qu’est-ce que l’autofilmage ?
Littéralement Auto : du grec αὐτὸς signifiant « par soi-même » et Filmage : action de filmer. Se filmer soi-même. Le premier dispositif d’autofilmage qui pourrait nous venir en tête est certainement celui d’une caméra au poing retournée vers la personne qui se filme elle-même. Comme c’est le cas pour les « selfies »-vidéos tournées avec un cellulaire. L’entrée dans le champ du bras qui tient l’appareil d’enregistrement est un indice simple à identifier. Le geste associe au sein même du plan les deux fonctions de l’auteur-e de cet enregistrement : la personne filmée est également la personne qui filme, et vice versa. [ + ]

Visionnez le programme+

Les œuvres sélectionnées
Abba Mao, Pascal Lièvre, 2011, 4 min 30 s
L’image de l’Afrique au Québec, Cheikh Tidiane Gadio, 1986, 27 min
AD INFINITUM., Lydie Jean-Dit-Pannel, 2017, 34 min
Cut the parrot (coupez le perroquet), Donigan Cumming, 1996, 40 min
You Must Remember This, marshalore, 1978-1979, 26 min
Manipuler son corps, Laëtitia Bourget, 1998, 4 min 30 s
Self portrait, Eric Owen Wood, 2004, 2 min 45 s
Du front tout le tour de la tête, Chantal duPont, 2000, 30 min
Got away in the dying moments, Dennis Day et Ian Middleton, 1992, 5 min
Le récit d’A, Esther Valiquette, 1990, 20 min

 

Biographie
Née à Nantes (France) en 1987, Lucie Szechter a obtenu sa Maîtrise en Études Cinématographiques à l’Université de Montréal avant d’intégrer le programme doctoral en recherche-création « Art et Sciences de l’art » à l’École de Recherche Graphique (Bruxelles) et l’Université de Liège avec la bourse nationale Fresh allouée par le FNRS. En 2014, elle tourne son premier court-métrage de fiction Plage(s) produit par le Groupe de Recherches et d’Essais cinématographiques (G.R.E.C). Plage(s) a été sélectionné dans de nombreux festivals, notamment à Côté Court (Pantin), au Festival International de Films de Femmes (Créteil), et a reçu le prix « Courts d’ici 2014 » à Nice pour Un festival c’est trop court. Lucie Szechter a été invitée l’année suivante par le centre d’art contemporain le BAL à Paris pour réaliser un projet cinématographique avec des enfants dans le cadre de leur programme « La Fabrique du regard ». En 2016 elle a finalisé son second film, 27 ans, un travail documentaire articulant témoignages sonores et found footage. Fin 2016, sur l’invitation du G.R.E.C, de France 2 et l’Agence du court métrage, elle réalise un film d’une minute pour une collection hommage aux opérateurs Lumière. Lucie Szechter tourne actuellement son nouveau film, L’Oreille décollée, produit par Aurora films avec le soutien de la région Pays de la Loire et du CNC. Elle écrit également sur le cinéma dans des revues canadiennes et françaises. cargocollective.com/lucieszechter

 

Portrait en couleur d’un homme blond en chemise blanche. Se superposent des images en transparence.

©Owen Eric Wood, Self Portrait, 2004

Lucie Szechter
Son propre visage en partage

Programmation en ligne

24 mai - 24 août 2018
Vithèque

Gratuit



Le programme Son propre visage en partage a été réalisé lors d’une résidence de recherche et de commissariat de Lucie Szechter à Vidéographe en avril-mai 2018, et s’interroge sur les enjeux soulevés par le visage dans la pratique de l’autofilmage.

Qu’est-ce que l’autofilmage ?
Littéralement Auto : du grec αὐτὸς signifiant « par soi-même » et Filmage : action de filmer. Se filmer soi-même. Le premier dispositif d’autofilmage qui pourrait nous venir en tête est certainement celui d’une caméra au poing retournée vers la personne qui se filme elle-même. Comme c’est le cas pour les « selfies »-vidéos tournées avec un cellulaire. L’entrée dans le champ du bras qui tient l’appareil d’enregistrement est un indice simple à identifier. Le geste associe au sein même du plan les deux fonctions de l’auteur-e de cet enregistrement : la personne filmée est également la personne qui filme, et vice versa. [ + ]

Visionnez le programme+

Les œuvres sélectionnées
Abba Mao, Pascal Lièvre, 2011, 4 min 30 s
L’image de l’Afrique au Québec, Cheikh Tidiane Gadio, 1986, 27 min
AD INFINITUM., Lydie Jean-Dit-Pannel, 2017, 34 min
Cut the parrot (coupez le perroquet), Donigan Cumming, 1996, 40 min
You Must Remember This, marshalore, 1978-1979, 26 min
Manipuler son corps, Laëtitia Bourget, 1998, 4 min 30 s
Self portrait, Eric Owen Wood, 2004, 2 min 45 s
Du front tout le tour de la tête, Chantal duPont, 2000, 30 min
Got away in the dying moments, Dennis Day et Ian Middleton, 1992, 5 min
Le récit d’A, Esther Valiquette, 1990, 20 min

 

Biographie
Née à Nantes (France) en 1987, Lucie Szechter a obtenu sa Maîtrise en Études Cinématographiques à l’Université de Montréal avant d’intégrer le programme doctoral en recherche-création « Art et Sciences de l’art » à l’École de Recherche Graphique (Bruxelles) et l’Université de Liège avec la bourse nationale Fresh allouée par le FNRS. En 2014, elle tourne son premier court-métrage de fiction Plage(s) produit par le Groupe de Recherches et d’Essais cinématographiques (G.R.E.C). Plage(s) a été sélectionné dans de nombreux festivals, notamment à Côté Court (Pantin), au Festival International de Films de Femmes (Créteil), et a reçu le prix « Courts d’ici 2014 » à Nice pour Un festival c’est trop court. Lucie Szechter a été invitée l’année suivante par le centre d’art contemporain le BAL à Paris pour réaliser un projet cinématographique avec des enfants dans le cadre de leur programme « La Fabrique du regard ». En 2016 elle a finalisé son second film, 27 ans, un travail documentaire articulant témoignages sonores et found footage. Fin 2016, sur l’invitation du G.R.E.C, de France 2 et l’Agence du court métrage, elle réalise un film d’une minute pour une collection hommage aux opérateurs Lumière. Lucie Szechter tourne actuellement son nouveau film, L’Oreille décollée, produit par Aurora films avec le soutien de la région Pays de la Loire et du CNC. Elle écrit également sur le cinéma dans des revues canadiennes et françaises. cargocollective.com/lucieszechter