Barres représentant une icône de menu
Loupe représentant une icône de recherche
Lettre x représentant une icône de fermeture
image couleur, fond mauve, 2 hommes s'embrassent

©  Marc Paradis, La cage, 1984

Marc Paradis, un désir d’ogre

Lancement de la publication numérique


Reporté à une date ultérieure



Vidéographe a le plaisir d’annoncer la parution de Marc Paradis, un désir d’ogre, publication numérique consacrée à l’oeuvre obsessive et transgressive du vidéaste québécois. 

Marc Paradis (1955-2019) est un pionnier de la vidéo queer au Québec et au Canada. Dès sa première œuvre, Le voyage de l’ogre (1981), il s’interroge sur la sexualité, le corps et l’identité homosexuelles. Son esthétique oscille entre un réalisme cru et explicite et un certain classicisme, dans la représentation des corps notamment, et les références picturales. Les textes, leur qualité littéraire et leur déclamation, jouent un rôle central donnant une résonance tragique à ces histoires d’amour, de cul, de ruptures et de mort. 

Cette publication bilingue regroupe trois nouveaux essais de Luc Bourdon, Alexis Lemieux et Denis Vaillancourt. Elle rassemble de plus les dix-sept bandes réalisées par Paradis dont deux inédites, Ecce Omo et Marrakech. Six des vidéos ont fait l’objet de nouvelles numérisations à partir des bandes maîtresses trouvées chez Paradis et trois sont nouvellement sous-titrées en anglais. Enfin, une riche sélection de documents personnels inédits est présentée : cahiers de notes, scénarios, découpages, dossiers de recherche et de repérage, photos de casting, etc.

Un programme en ligne sera également disponible gratuitement sur Vithèque du 10 novembre 2020 au 11 janvier 2021.

 

Biographie
Né à Montréal en 1955, Marc Paradis a étudié en art dramatique et en arts plastiques. Il a également participé à de nombreux ateliers de formation, de 1978 à 1990, avec notamment Józef Robakowski, Bruno Bigoni, Jerzy Grotowski et Michael Kriegman. Paradis s’intéresse à la vidéo en 1981, alors qu’il réalise un screen-test pour un film du réalisateur français Jean-François Garsi, dont il est alors l’assistant. Il en tirera Le voyage de l’ogre, la première de ses 17 réalisations. Ses oeuvres questionnent les relations amoureuses entre hommes, le désir, le fantasme, la représentation de la sexualité tout en jouant, parfois, aux limites de la pornographie. En 1984, il co-signe avec Luc Bourdon, Schème vidéo puis, l’année suivante, Say Cheese for a Trans-Canadian Look, deux bandes qui se penchent sur l’art vidéo au Canada. Il réalise aussi des portraits et des captations de performance d’artistes tels que Denis Lessard, John Mingolla et Yves Lalonde. Son travail a reçu une reconnaissance tant nationale qu’internationale. Marc Paradis est décédé à Montréal à l’été 2019.

 

La production de cette publication est rendue possible grâce au soutien du Conseil des arts du Canada.

Logo CAC
image couleur, fond mauve, 2 hommes s'embrassent

©  Marc Paradis, La cage, 1984

Marc Paradis, un désir d’ogre

Lancement de la publication numérique


Reporté à une date ultérieure



Vidéographe a le plaisir d’annoncer la parution de Marc Paradis, un désir d’ogre, publication numérique consacrée à l’oeuvre obsessive et transgressive du vidéaste québécois. 

Marc Paradis (1955-2019) est un pionnier de la vidéo queer au Québec et au Canada. Dès sa première œuvre, Le voyage de l’ogre (1981), il s’interroge sur la sexualité, le corps et l’identité homosexuelles. Son esthétique oscille entre un réalisme cru et explicite et un certain classicisme, dans la représentation des corps notamment, et les références picturales. Les textes, leur qualité littéraire et leur déclamation, jouent un rôle central donnant une résonance tragique à ces histoires d’amour, de cul, de ruptures et de mort. 

Cette publication bilingue regroupe trois nouveaux essais de Luc Bourdon, Alexis Lemieux et Denis Vaillancourt. Elle rassemble de plus les dix-sept bandes réalisées par Paradis dont deux inédites, Ecce Omo et Marrakech. Six des vidéos ont fait l’objet de nouvelles numérisations à partir des bandes maîtresses trouvées chez Paradis et trois sont nouvellement sous-titrées en anglais. Enfin, une riche sélection de documents personnels inédits est présentée : cahiers de notes, scénarios, découpages, dossiers de recherche et de repérage, photos de casting, etc.

Un programme en ligne sera également disponible gratuitement sur Vithèque du 10 novembre 2020 au 11 janvier 2021.

 

Biographie
Né à Montréal en 1955, Marc Paradis a étudié en art dramatique et en arts plastiques. Il a également participé à de nombreux ateliers de formation, de 1978 à 1990, avec notamment Józef Robakowski, Bruno Bigoni, Jerzy Grotowski et Michael Kriegman. Paradis s’intéresse à la vidéo en 1981, alors qu’il réalise un screen-test pour un film du réalisateur français Jean-François Garsi, dont il est alors l’assistant. Il en tirera Le voyage de l’ogre, la première de ses 17 réalisations. Ses oeuvres questionnent les relations amoureuses entre hommes, le désir, le fantasme, la représentation de la sexualité tout en jouant, parfois, aux limites de la pornographie. En 1984, il co-signe avec Luc Bourdon, Schème vidéo puis, l’année suivante, Say Cheese for a Trans-Canadian Look, deux bandes qui se penchent sur l’art vidéo au Canada. Il réalise aussi des portraits et des captations de performance d’artistes tels que Denis Lessard, John Mingolla et Yves Lalonde. Son travail a reçu une reconnaissance tant nationale qu’internationale. Marc Paradis est décédé à Montréal à l’été 2019.

 

La production de cette publication est rendue possible grâce au soutien du Conseil des arts du Canada.

Logo CAC
image couleur, fond mauve, 2 hommes s'embrassent

©  Marc Paradis, La cage, 1984

Marc Paradis, un désir d’ogre

Lancement de la publication numérique


Reporté à une date ultérieure



Vidéographe a le plaisir d’annoncer la parution de Marc Paradis, un désir d’ogre, publication numérique consacrée à l’oeuvre obsessive et transgressive du vidéaste québécois. 

Marc Paradis (1955-2019) est un pionnier de la vidéo queer au Québec et au Canada. Dès sa première œuvre, Le voyage de l’ogre (1981), il s’interroge sur la sexualité, le corps et l’identité homosexuelles. Son esthétique oscille entre un réalisme cru et explicite et un certain classicisme, dans la représentation des corps notamment, et les références picturales. Les textes, leur qualité littéraire et leur déclamation, jouent un rôle central donnant une résonance tragique à ces histoires d’amour, de cul, de ruptures et de mort. 

Cette publication bilingue regroupe trois nouveaux essais de Luc Bourdon, Alexis Lemieux et Denis Vaillancourt. Elle rassemble de plus les dix-sept bandes réalisées par Paradis dont deux inédites, Ecce Omo et Marrakech. Six des vidéos ont fait l’objet de nouvelles numérisations à partir des bandes maîtresses trouvées chez Paradis et trois sont nouvellement sous-titrées en anglais. Enfin, une riche sélection de documents personnels inédits est présentée : cahiers de notes, scénarios, découpages, dossiers de recherche et de repérage, photos de casting, etc.

Un programme en ligne sera également disponible gratuitement sur Vithèque du 10 novembre 2020 au 11 janvier 2021.

 

Biographie
Né à Montréal en 1955, Marc Paradis a étudié en art dramatique et en arts plastiques. Il a également participé à de nombreux ateliers de formation, de 1978 à 1990, avec notamment Józef Robakowski, Bruno Bigoni, Jerzy Grotowski et Michael Kriegman. Paradis s’intéresse à la vidéo en 1981, alors qu’il réalise un screen-test pour un film du réalisateur français Jean-François Garsi, dont il est alors l’assistant. Il en tirera Le voyage de l’ogre, la première de ses 17 réalisations. Ses oeuvres questionnent les relations amoureuses entre hommes, le désir, le fantasme, la représentation de la sexualité tout en jouant, parfois, aux limites de la pornographie. En 1984, il co-signe avec Luc Bourdon, Schème vidéo puis, l’année suivante, Say Cheese for a Trans-Canadian Look, deux bandes qui se penchent sur l’art vidéo au Canada. Il réalise aussi des portraits et des captations de performance d’artistes tels que Denis Lessard, John Mingolla et Yves Lalonde. Son travail a reçu une reconnaissance tant nationale qu’internationale. Marc Paradis est décédé à Montréal à l’été 2019.

 

La production de cette publication est rendue possible grâce au soutien du Conseil des arts du Canada.

Logo CAC