Barres représentant une icône de menu
Loupe représentant une icône de recherche
Lettre x représentant une icône de fermeture

© Anne Golden, The Commuter, 2020

The Séance – Anne Golden

PROGRAMMATION

22 février 2022 de 18 h à 21 h
Cinéma Moderne

Gratuit



Vidéographe est heureux d’annoncer que la première lauréate du prix Robert-Forget est l’artiste, auteure et commissaire Anne Golden!

Le jury composé de Nicole Gingras, Pierre Hébert et Paul Wong a retenu sa candidature pour son apport unique à la discipline et à la communauté vidéo.Anne Golden recevra le prix lors d’une cérémonie dédiée le 22 février 2022 au Cinéma Moderne. La soirée sera l’occasion d’une projection des œuvres de la cinéaste programmées par elle-même, nous offrant ainsi une perspective aussi rétrospective qu’introspective sur sa production prolifique et soutenue depuis près de trente ans.

 


« Ce programme met en avant plusieurs de mes obsessions. Certaines d’entre-elles seront palpables pour les spectateurs : espaces abandonnés, histoires fictives, technologies obsolètes et hantises. J’étais par ailleurs obsédée par cette sélection d’œuvres. Cette vidéo ci ou celle-là ? Par ordre chronologique ou par thème ? En choisissant parmi plus de soixante-dix œuvres réalisées depuis 1991, j’ai pensé qu’il pouvait y avoir une infinité de programmes alternatifs possibles, chacun étant imparfait. J’ai imaginé divers lieux de projection présentant une sélection d’œuvres choisies par différentes versions de moi-même.

Les hantises de ce programme ne sont pas toutes clairement apparentes. Elles sont éclectiques, variées, singulières et personnelles. Les fantômes sont dans et de la machine. Il y a des fantômes du passé et, de cet étrange hybride, le futur passé. Il y a des fantômes numériques et des fantômes analogiques. Il y a des hantises métaphoriques et des hantises réelles. Les œuvres de ce programme contiennent des images fantomatiques tournées sur Video 8, Hi8, Super 8 et MiniDV. Des procédés de montage obsolètes ont produit certaines de ces images et certains de ces sons. Il y a aussi des images trouvées, qui apportent leurs propres auras hantées. Les archives, parfois personnelles, parfois empruntées, sont utilisées pour présenter des formats morts, c’est-à-dire des moyens de production qui ne sont plus utilisés. Les vidéos de ce programme présentent des itérations plus jeunes de moi-même, de mes amis et de mes collaborateurs. Bien sûr, il y a une obsession finale : ce qui a été laissé de côté. Les vidéos qui ne sont pas ici nous hantent aussi.

Et puis, encore une autre obsession : la conservation comme une sorte d’incantation. La conservation n’est pas une science, mais c’est parfois une sorte d’alchimie. Choisir des œuvres d’art médiatique. Soutenir sa sélection dans un programme. La contextualiser. Être attentionnée envers les œuvres en les plaçant exactement là où elles doivent être. Ne pas encombrer les vidéos. Ne pas les noyer. J’ai longtemps été captivée par l’idée de transmission. Est-ce que quelque chose est communiqué au-delà du contenu des œuvres du programme? Je soupçonne qu’il se produit quelque chose lorsque les images flottent hors de l’écran, se brisent en particules et se mêlent aux sensations et aux perceptions du spectateur. »

– Anne Golden, 2022

 

PROGRAMME

  • BROTHERS, 1998, 6 min
  • SITE, 2020, 2 min
  • NIGHTTIDE, 2017, 1 min 41 s
  • INFIRMARY, 2017, 2 min 36 s
  • PIECES, 2016, 1 min 29 s
  • THE ROOMS, 2020, 2 min 37 s
  • THE EXPERIMENT, 2020, 3 min 42 s
  • SPECKS, 2020, 1 min 59 s
  • THE EVENT, 2020, 3 min 41 s
  • THE ORDER, 2020, 3 min 54 s
  • POTION, 2017, 1 min
  • PLay Land, 2020, 2 min 29 s
  • VISTA, 2020, 2 min 58 s
  • SHARDS, 2021, 2 min 39 s
  • AT SEA, 2021, 3 min 25 s
  • THE COMMUTER, 2020, 3 min 31 s

 

BIOGRAPHIE

Figure phare de la communauté de la vidéo indépendante, Anne Golden a contribué à la reconnaissance de la discipline vidéo et des perspectives féministes et lesbiennes en soutenant leur diffusion auprès de divers groupes. Elle assure à ce titre la direction artistique du Groupe Intervention Vidéo (GIV) en plus d’enseigner au département de Media Arts du John Abbott College. La réalisatrice a favorisé l’émergence et la diffusion de nouveaux discours et perspectives sur l’art vidéo, tout en contribuant à l’essor du médium avec une production qui s’étend sur plus de 30 ans. Le travail d’Anne Golden a été présenté dans de nombreux festivals, galeries et musées au Québec, au Canada et à l’international. La cinéaste a par ailleurs participé à plusieurs présentations sur les pratiques de conservation, la distribution indépendante et, plus récemment, les films d’horreur.

 

© Anne Golden, The Commuter, 2020

The Séance – Anne Golden

PROGRAMMATION

22 février 2022 de 18 h à 21 h
Cinéma Moderne

Gratuit



Vidéographe est heureux d’annoncer que la première lauréate du prix Robert-Forget est l’artiste, auteure et commissaire Anne Golden!

Le jury composé de Nicole Gingras, Pierre Hébert et Paul Wong a retenu sa candidature pour son apport unique à la discipline et à la communauté vidéo.Anne Golden recevra le prix lors d’une cérémonie dédiée le 22 février 2022 au Cinéma Moderne. La soirée sera l’occasion d’une projection des œuvres de la cinéaste programmées par elle-même, nous offrant ainsi une perspective aussi rétrospective qu’introspective sur sa production prolifique et soutenue depuis près de trente ans.

 


« Ce programme met en avant plusieurs de mes obsessions. Certaines d’entre-elles seront palpables pour les spectateurs : espaces abandonnés, histoires fictives, technologies obsolètes et hantises. J’étais par ailleurs obsédée par cette sélection d’œuvres. Cette vidéo ci ou celle-là ? Par ordre chronologique ou par thème ? En choisissant parmi plus de soixante-dix œuvres réalisées depuis 1991, j’ai pensé qu’il pouvait y avoir une infinité de programmes alternatifs possibles, chacun étant imparfait. J’ai imaginé divers lieux de projection présentant une sélection d’œuvres choisies par différentes versions de moi-même.

Les hantises de ce programme ne sont pas toutes clairement apparentes. Elles sont éclectiques, variées, singulières et personnelles. Les fantômes sont dans et de la machine. Il y a des fantômes du passé et, de cet étrange hybride, le futur passé. Il y a des fantômes numériques et des fantômes analogiques. Il y a des hantises métaphoriques et des hantises réelles. Les œuvres de ce programme contiennent des images fantomatiques tournées sur Video 8, Hi8, Super 8 et MiniDV. Des procédés de montage obsolètes ont produit certaines de ces images et certains de ces sons. Il y a aussi des images trouvées, qui apportent leurs propres auras hantées. Les archives, parfois personnelles, parfois empruntées, sont utilisées pour présenter des formats morts, c’est-à-dire des moyens de production qui ne sont plus utilisés. Les vidéos de ce programme présentent des itérations plus jeunes de moi-même, de mes amis et de mes collaborateurs. Bien sûr, il y a une obsession finale : ce qui a été laissé de côté. Les vidéos qui ne sont pas ici nous hantent aussi.

Et puis, encore une autre obsession : la conservation comme une sorte d’incantation. La conservation n’est pas une science, mais c’est parfois une sorte d’alchimie. Choisir des œuvres d’art médiatique. Soutenir sa sélection dans un programme. La contextualiser. Être attentionnée envers les œuvres en les plaçant exactement là où elles doivent être. Ne pas encombrer les vidéos. Ne pas les noyer. J’ai longtemps été captivée par l’idée de transmission. Est-ce que quelque chose est communiqué au-delà du contenu des œuvres du programme? Je soupçonne qu’il se produit quelque chose lorsque les images flottent hors de l’écran, se brisent en particules et se mêlent aux sensations et aux perceptions du spectateur. »

– Anne Golden, 2022

 

PROGRAMME

  • BROTHERS, 1998, 6 min
  • SITE, 2020, 2 min
  • NIGHTTIDE, 2017, 1 min 41 s
  • INFIRMARY, 2017, 2 min 36 s
  • PIECES, 2016, 1 min 29 s
  • THE ROOMS, 2020, 2 min 37 s
  • THE EXPERIMENT, 2020, 3 min 42 s
  • SPECKS, 2020, 1 min 59 s
  • THE EVENT, 2020, 3 min 41 s
  • THE ORDER, 2020, 3 min 54 s
  • POTION, 2017, 1 min
  • PLay Land, 2020, 2 min 29 s
  • VISTA, 2020, 2 min 58 s
  • SHARDS, 2021, 2 min 39 s
  • AT SEA, 2021, 3 min 25 s
  • THE COMMUTER, 2020, 3 min 31 s

 

BIOGRAPHIE

Figure phare de la communauté de la vidéo indépendante, Anne Golden a contribué à la reconnaissance de la discipline vidéo et des perspectives féministes et lesbiennes en soutenant leur diffusion auprès de divers groupes. Elle assure à ce titre la direction artistique du Groupe Intervention Vidéo (GIV) en plus d’enseigner au département de Media Arts du John Abbott College. La réalisatrice a favorisé l’émergence et la diffusion de nouveaux discours et perspectives sur l’art vidéo, tout en contribuant à l’essor du médium avec une production qui s’étend sur plus de 30 ans. Le travail d’Anne Golden a été présenté dans de nombreux festivals, galeries et musées au Québec, au Canada et à l’international. La cinéaste a par ailleurs participé à plusieurs présentations sur les pratiques de conservation, la distribution indépendante et, plus récemment, les films d’horreur.

 

© Anne Golden, The Commuter, 2020

The Séance – Anne Golden

PROGRAMMATION

22 février 2022 de 18 h à 21 h
Cinéma Moderne

Gratuit



Vidéographe est heureux d’annoncer que la première lauréate du prix Robert-Forget est l’artiste, auteure et commissaire Anne Golden!

Le jury composé de Nicole Gingras, Pierre Hébert et Paul Wong a retenu sa candidature pour son apport unique à la discipline et à la communauté vidéo.Anne Golden recevra le prix lors d’une cérémonie dédiée le 22 février 2022 au Cinéma Moderne. La soirée sera l’occasion d’une projection des œuvres de la cinéaste programmées par elle-même, nous offrant ainsi une perspective aussi rétrospective qu’introspective sur sa production prolifique et soutenue depuis près de trente ans.

 


« Ce programme met en avant plusieurs de mes obsessions. Certaines d’entre-elles seront palpables pour les spectateurs : espaces abandonnés, histoires fictives, technologies obsolètes et hantises. J’étais par ailleurs obsédée par cette sélection d’œuvres. Cette vidéo ci ou celle-là ? Par ordre chronologique ou par thème ? En choisissant parmi plus de soixante-dix œuvres réalisées depuis 1991, j’ai pensé qu’il pouvait y avoir une infinité de programmes alternatifs possibles, chacun étant imparfait. J’ai imaginé divers lieux de projection présentant une sélection d’œuvres choisies par différentes versions de moi-même.

Les hantises de ce programme ne sont pas toutes clairement apparentes. Elles sont éclectiques, variées, singulières et personnelles. Les fantômes sont dans et de la machine. Il y a des fantômes du passé et, de cet étrange hybride, le futur passé. Il y a des fantômes numériques et des fantômes analogiques. Il y a des hantises métaphoriques et des hantises réelles. Les œuvres de ce programme contiennent des images fantomatiques tournées sur Video 8, Hi8, Super 8 et MiniDV. Des procédés de montage obsolètes ont produit certaines de ces images et certains de ces sons. Il y a aussi des images trouvées, qui apportent leurs propres auras hantées. Les archives, parfois personnelles, parfois empruntées, sont utilisées pour présenter des formats morts, c’est-à-dire des moyens de production qui ne sont plus utilisés. Les vidéos de ce programme présentent des itérations plus jeunes de moi-même, de mes amis et de mes collaborateurs. Bien sûr, il y a une obsession finale : ce qui a été laissé de côté. Les vidéos qui ne sont pas ici nous hantent aussi.

Et puis, encore une autre obsession : la conservation comme une sorte d’incantation. La conservation n’est pas une science, mais c’est parfois une sorte d’alchimie. Choisir des œuvres d’art médiatique. Soutenir sa sélection dans un programme. La contextualiser. Être attentionnée envers les œuvres en les plaçant exactement là où elles doivent être. Ne pas encombrer les vidéos. Ne pas les noyer. J’ai longtemps été captivée par l’idée de transmission. Est-ce que quelque chose est communiqué au-delà du contenu des œuvres du programme? Je soupçonne qu’il se produit quelque chose lorsque les images flottent hors de l’écran, se brisent en particules et se mêlent aux sensations et aux perceptions du spectateur. »

– Anne Golden, 2022

 

PROGRAMME

  • BROTHERS, 1998, 6 min
  • SITE, 2020, 2 min
  • NIGHTTIDE, 2017, 1 min 41 s
  • INFIRMARY, 2017, 2 min 36 s
  • PIECES, 2016, 1 min 29 s
  • THE ROOMS, 2020, 2 min 37 s
  • THE EXPERIMENT, 2020, 3 min 42 s
  • SPECKS, 2020, 1 min 59 s
  • THE EVENT, 2020, 3 min 41 s
  • THE ORDER, 2020, 3 min 54 s
  • POTION, 2017, 1 min
  • PLay Land, 2020, 2 min 29 s
  • VISTA, 2020, 2 min 58 s
  • SHARDS, 2021, 2 min 39 s
  • AT SEA, 2021, 3 min 25 s
  • THE COMMUTER, 2020, 3 min 31 s

 

BIOGRAPHIE

Figure phare de la communauté de la vidéo indépendante, Anne Golden a contribué à la reconnaissance de la discipline vidéo et des perspectives féministes et lesbiennes en soutenant leur diffusion auprès de divers groupes. Elle assure à ce titre la direction artistique du Groupe Intervention Vidéo (GIV) en plus d’enseigner au département de Media Arts du John Abbott College. La réalisatrice a favorisé l’émergence et la diffusion de nouveaux discours et perspectives sur l’art vidéo, tout en contribuant à l’essor du médium avec une production qui s’étend sur plus de 30 ans. Le travail d’Anne Golden a été présenté dans de nombreux festivals, galeries et musées au Québec, au Canada et à l’international. La cinéaste a par ailleurs participé à plusieurs présentations sur les pratiques de conservation, la distribution indépendante et, plus récemment, les films d’horreur.