Barres représentant une icône de menu
Loupe représentant une icône de recherche
Lettre x représentant une icône de fermeture
Affiche film Mireille dansereau VU PAS VUE. le visage triste d'une femme

© Mireille Dansereau, VU PAS VUE, 2018

VU PAS VUE de Mireille Dansereau
Sortie en salle

Projection

Dès le 11 janvier 2019
19 h 30, à la Cinémathèque québécoise



PREMIÈRE MONDIALE du nouveau film Mireille Dansereau

Vidéographe a le plaisir d’annoncer la sortie en salle de VU PAS VUE, 28e film de la pionnière du cinéma
québécois Mireille Dansereau, réalisatrice notamment de La vie rêvée (1972) ou encore Le sourd dans la ville (1987).

Le film sera précédé de Moi un jour (1967), premier court métrage de la cinéaste, numérisé pour l’occasion
par la Cinémathèque québécoise.

Dossier de presse

 

DISCUSSION – Lundi 14 janvier 2019, suite à la projection
Mireille Danserau sera accompagnée de :
. Martine Delvaux, Romancière, essayiste et professeure à l’UQÀM
. Bénédicte Décary, comédienne
. Julie Ravary-Pilon, stagiaire postdoctorale Département d’études littéraires à l’UQÀM et à l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF)

 

SYNOPSIS
À la mort de son père, une femme hérite de sa collection de films, qui se révèlent être des films pornographiques. Cette découverte la pousse à un questionnement à la fois violent et libérateur sur son rapport au père, au désir, à l’amour et au regard. Objet hybride, le film entremêle autobiographie, film expérimental et fiction. Les acteurs Bénédicte Décary, Gilles Renaud et Nathalie Coupal incarnent les personnages principaux, alors que Mireille Dansereau joue son propre rôle.

 

Bande annonce

 

BIOGRAPHIE
Monteuse, productrice, réalisatrice et scénariste, Mireille Dansereau est né à Montréal en 1943. Malgré ses dix-huit années de danse, elle termine une licence ès lettres à l’Université de Montréal et se tourne vers le cinéma. En 1967, elle réalise un premier film, Moi un jour. Elle poursuit ses études et obtient une maîtrise ès arts au Royal College of Art (Londres). C’est en Angleterre qu’elle réalise Compromise (1968). Elle expérimente la vidéographie dans le cadre du programme Challenge for Change de l’ONF avec
Les immigrants (1981) et continue l’exploration de ce médium en réalisant Forum (1969). Cinéaste indépendante, elle participe à la fondation de l’ACPAV qui produit son film La vie révée (1972), premier long métrage québécois de fiction réalisé par une femme dans l’industrie. Elle a entre autres réalisé J’me marie, j’me marie pas (1973), Rappelle-toi (1975), Familles et variations (1977), L’arrache-cœur (1979), Le sourd dans la ville (1987), Entre elle et moi (1992), Les seins dans la tête (1994), Duo pour une soliste (1997), Les cheveux en quatre (1997) et La vie d’abord (1999). Sans être militante, elle a comme thème principal la libération de la femme, tant sur le plan social, affectif que psychologique. Les sujets de ses films évoluent au rythme de son cheminement personnel. realisatrices-equitables.com/mireille-dansereau

logo Cinémathèque québécoise
Affiche film Mireille dansereau VU PAS VUE. le visage triste d'une femme

© Mireille Dansereau, VU PAS VUE, 2018

VU PAS VUE de Mireille Dansereau
Sortie en salle

Projection

Dès le 11 janvier 2019
19 h 30, à la Cinémathèque québécoise



PREMIÈRE MONDIALE du nouveau film Mireille Dansereau

Vidéographe a le plaisir d’annoncer la sortie en salle de VU PAS VUE, 28e film de la pionnière du cinéma
québécois Mireille Dansereau, réalisatrice notamment de La vie rêvée (1972) ou encore Le sourd dans la ville (1987).

Le film sera précédé de Moi un jour (1967), premier court métrage de la cinéaste, numérisé pour l’occasion
par la Cinémathèque québécoise.

Dossier de presse

 

DISCUSSION – Lundi 14 janvier 2019, suite à la projection
Mireille Danserau sera accompagnée de :
. Martine Delvaux, Romancière, essayiste et professeure à l’UQÀM
. Bénédicte Décary, comédienne
. Julie Ravary-Pilon, stagiaire postdoctorale Département d’études littéraires à l’UQÀM et à l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF)

 

SYNOPSIS
À la mort de son père, une femme hérite de sa collection de films, qui se révèlent être des films pornographiques. Cette découverte la pousse à un questionnement à la fois violent et libérateur sur son rapport au père, au désir, à l’amour et au regard. Objet hybride, le film entremêle autobiographie, film expérimental et fiction. Les acteurs Bénédicte Décary, Gilles Renaud et Nathalie Coupal incarnent les personnages principaux, alors que Mireille Dansereau joue son propre rôle.

 

Bande annonce

 

BIOGRAPHIE
Monteuse, productrice, réalisatrice et scénariste, Mireille Dansereau est né à Montréal en 1943. Malgré ses dix-huit années de danse, elle termine une licence ès lettres à l’Université de Montréal et se tourne vers le cinéma. En 1967, elle réalise un premier film, Moi un jour. Elle poursuit ses études et obtient une maîtrise ès arts au Royal College of Art (Londres). C’est en Angleterre qu’elle réalise Compromise (1968). Elle expérimente la vidéographie dans le cadre du programme Challenge for Change de l’ONF avec
Les immigrants (1981) et continue l’exploration de ce médium en réalisant Forum (1969). Cinéaste indépendante, elle participe à la fondation de l’ACPAV qui produit son film La vie révée (1972), premier long métrage québécois de fiction réalisé par une femme dans l’industrie. Elle a entre autres réalisé J’me marie, j’me marie pas (1973), Rappelle-toi (1975), Familles et variations (1977), L’arrache-cœur (1979), Le sourd dans la ville (1987), Entre elle et moi (1992), Les seins dans la tête (1994), Duo pour une soliste (1997), Les cheveux en quatre (1997) et La vie d’abord (1999). Sans être militante, elle a comme thème principal la libération de la femme, tant sur le plan social, affectif que psychologique. Les sujets de ses films évoluent au rythme de son cheminement personnel. realisatrices-equitables.com/mireille-dansereau

logo Cinémathèque québécoise
Affiche film Mireille dansereau VU PAS VUE. le visage triste d'une femme

© Mireille Dansereau, VU PAS VUE, 2018

VU PAS VUE de Mireille Dansereau
Sortie en salle

Projection

Dès le 11 janvier 2019
19 h 30, à la Cinémathèque québécoise



PREMIÈRE MONDIALE du nouveau film Mireille Dansereau

Vidéographe a le plaisir d’annoncer la sortie en salle de VU PAS VUE, 28e film de la pionnière du cinéma
québécois Mireille Dansereau, réalisatrice notamment de La vie rêvée (1972) ou encore Le sourd dans la ville (1987).

Le film sera précédé de Moi un jour (1967), premier court métrage de la cinéaste, numérisé pour l’occasion
par la Cinémathèque québécoise.

Dossier de presse

 

DISCUSSION – Lundi 14 janvier 2019, suite à la projection
Mireille Danserau sera accompagnée de :
. Martine Delvaux, Romancière, essayiste et professeure à l’UQÀM
. Bénédicte Décary, comédienne
. Julie Ravary-Pilon, stagiaire postdoctorale Département d’études littéraires à l’UQÀM et à l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF)

 

SYNOPSIS
À la mort de son père, une femme hérite de sa collection de films, qui se révèlent être des films pornographiques. Cette découverte la pousse à un questionnement à la fois violent et libérateur sur son rapport au père, au désir, à l’amour et au regard. Objet hybride, le film entremêle autobiographie, film expérimental et fiction. Les acteurs Bénédicte Décary, Gilles Renaud et Nathalie Coupal incarnent les personnages principaux, alors que Mireille Dansereau joue son propre rôle.

 

Bande annonce

 

BIOGRAPHIE
Monteuse, productrice, réalisatrice et scénariste, Mireille Dansereau est né à Montréal en 1943. Malgré ses dix-huit années de danse, elle termine une licence ès lettres à l’Université de Montréal et se tourne vers le cinéma. En 1967, elle réalise un premier film, Moi un jour. Elle poursuit ses études et obtient une maîtrise ès arts au Royal College of Art (Londres). C’est en Angleterre qu’elle réalise Compromise (1968). Elle expérimente la vidéographie dans le cadre du programme Challenge for Change de l’ONF avec
Les immigrants (1981) et continue l’exploration de ce médium en réalisant Forum (1969). Cinéaste indépendante, elle participe à la fondation de l’ACPAV qui produit son film La vie révée (1972), premier long métrage québécois de fiction réalisé par une femme dans l’industrie. Elle a entre autres réalisé J’me marie, j’me marie pas (1973), Rappelle-toi (1975), Familles et variations (1977), L’arrache-cœur (1979), Le sourd dans la ville (1987), Entre elle et moi (1992), Les seins dans la tête (1994), Duo pour une soliste (1997), Les cheveux en quatre (1997) et La vie d’abord (1999). Sans être militante, elle a comme thème principal la libération de la femme, tant sur le plan social, affectif que psychologique. Les sujets de ses films évoluent au rythme de son cheminement personnel. realisatrices-equitables.com/mireille-dansereau

logo Cinémathèque québécoise