Barres représentant une icône de menu
Loupe représentant une icône de recherche
Lettre x représentant une icône de fermeture

© Félix Lamarche, Terres fantômes, 2019

LES VIDÉOGRAPHES – REMIXAGE PERPÉTUEL

PROGRAMMATION

28 juillet 2021 à 20 h 30
Sur la place du 2320 rue des Carrières, Montréal

Gratuit



Dans le cadre du 50e anniversaire de Vidéographe et en collaboration avec Le Sémaphore, nous sommes ravis de présenter une projection publique en plein air avec un programme préparé par l’artiste Luc Bourdon. Cet événement marquera la première projection en présentiel de cette année et nous ne pourrions être plus heureux de partager ces merveilleux films avec le public.

Vidéographe a pris naissance en 1971 et s’est développé à partir de la technologie vidéo portative.  50 ans plus tard et avec dans sa collection près de 2 300 d’œuvres réalisées par des centaines de « vidéographes », on y croise une multitude de sujets, de points de vue et d’esthétiques.

Ce programme souligne l’une des forces largement inscrites dans la collection de Vidéographe, soit celle de l’expérimentation sur la matière – l’image et le son – qui sont ici manipulés par des cinéastes et vidéographes avides d’expérimenter les limites du médium.

Ces recherches formelles s’incarnent dans des d’œuvres expérimentales jouant avec le temps, des concepts et des idées. Une sélection d’œuvres permettant aussi de croiser l’univers de la performance et du documentaire, de voir ressurgir des techniques et des textures d’hier remixées par les bons soins d’artistes qui sortent des ornières tout en utilisant des images ou des techniques d’autrefois.  

*Veuillez noter qu’il y aura une remise au lendemain en cas de pluie.

 

PROGRAMME

Durée : 70 min

Manon Labrecque, C’t’aujourd’hui qu’, 18 min, 1999

Karl Lemieux, Western Sunburn, 10 min, 2007

Louise Bourque, Autoportrait / Self portrait post partum, 13 min, 2013

Maxime Corbeil-Perron, Ghostly, 7 min, 2013

Félix Lamarche, Terres fantômes, 20 min, 2019

 

BIOGRAPHIES

Manon Labrecque

Manon Labrecque a une formation en danse contemporaine et en arts visuels. Depuis 1991, elle crée des vidéos [monobandes et installations], des performances, des dessins, des photographies, des installations cinétiques et sonores.

Karl Lemieux

Karl Lemieux est un cinéaste. Plusieurs de ses courts-métrages, notamment Motion of Light (2004), Western Sunburn (2007), Trash and no star ! (2008), Passage (2008), Mamori (2010) et Trains (2011) ont été présentés à travers le monde dans des salles de musique clandestines, des cinémathèques, des musées, des galeries et des festivals de films renommés, tels que le Views from the Avant Garde – New-York Film Festival, le Rotterdam International Film Festival et le Toronto International Film Festival. Son œuvre Mamori, une production de l’Office national du film du Canada avec la musique de Francisco Lopez, a été présentée en tant qu’exposition solo au Musée d’art contemporain de Montréal. Elle fut également projetée au MOMA, le Museum of Modern Art de San Francisco et reçut le Grand Prix du festival international de film expérimental 25FPS, à Zagreb, en Croatie. En se servant de film 16mm, Karl Lemieux crée en direct des performances-projections en collaboration avec des musiciens et artistes sonores, tels que Godspeed You ! Black Emperor, The Black Keys, BJ Nilsen, Hiss Tracts (David Bryant [GY!BE, Set fire to flames], Kevin Doria [Growing], Jonathan Parant [Fly Pan Am]) et Hyena Hive (Bruno Julien [Maussade], Marc-Alexandre Reinhardt [Lanterner]). Il a aussi contribué à quatre pièces de théâtre mises en scène par Marie Brassard, Moi qui me parle à moi-même dans le futur (2010), L’Invisible (2008), The Glass Eye (2007) et Trieste (2013).

Louise Bourque

Après un exil de 30 ans aux États-Unis et ailleurs, la cinéaste Louise Bourque est récemment revenue s’établir à Montréal. Ses films ont été projetés dans une cinquantaine de pays et diffusés sur les ondes de PBS et de Sundance Channel aux États-Unis, ainsi qu’à Télé-Québec au Canada et SBS en Australie. Son œuvre a été présentée dans des musées prestigieux et des galeries dans le monde entier, notamment au Musée de la Civilisation et au Musée national des beaux-arts du Québec à Québec, à la National Gallery of Art à Washington, au Museum of Modern Art et au Whitney Museum of American Art à New York.

Maxime Corbeil-Perron

Maxime Corbeil-Perron est un artiste basé à Tio’tia:ke/Montréal, dont l’œuvre a été soulignée par de nombreux concours, médias et festivals internationaux. Sa pratique artistique se déploie dans une multiplicité de médiums : performance audiovisuelle, cinéma expérimental, composition électroacoustique, improvisation, art sonore et installation. Ses oeuvres actuelles présentent une approche liée à l’archéologie médiatique, dans lesquelles il cherche à établir des rapports entre médias obsolescents et technologies contemporaines, à la recherche de nouvelles possibilités esthétiques.

En tant que réalisateur, il a reçu le prix pour la meilleur animation expérimentale au Ann Arbor Film Festival (2021), le prix pour la meilleure oeuvre d’art et expérimentation aux Rendez-Vous Québec Cinéma (Canada, 2020) et le grand prix expérimental au Festival Tous Courts (France, 2020).

Il a également reçu une mention honorifique au Prix Ars Electronica (2021) dans la catégorie musique numérique et art sonores. Il a été artiste en résidence à EMS Stockholm (2018), Signal Culture (2017, 2019) et à la Société des Arts Technologiques (2019). Il détient un doctorat en création sonore de l’Université de Montréal.

maximecorbeilperron.com

Félix Lamarche

Diplômé de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) en cinéma, Félix s’intéresse à la fois aux formes novatrices et traditionnelles que peut prendre l’art cinématographique. Il explore présentement les possibilités de la pratique documentaire, de son influence sur notre perception du monde, du visible et de l’invisible. Il essaie par ailleurs d’élaborer un espace de création non-hiérarchique et une éthique du dialogue entre le film et le public. Il travaille présentement sur un premier long-métrage documentaire.

 

© Félix Lamarche, Terres fantômes, 2019

LES VIDÉOGRAPHES – REMIXAGE PERPÉTUEL

PROGRAMMATION

28 juillet 2021 à 20 h 30
Sur la place du 2320 rue des Carrières, Montréal

Gratuit



Dans le cadre du 50e anniversaire de Vidéographe et en collaboration avec Le Sémaphore, nous sommes ravis de présenter une projection publique en plein air avec un programme préparé par l’artiste Luc Bourdon. Cet événement marquera la première projection en présentiel de cette année et nous ne pourrions être plus heureux de partager ces merveilleux films avec le public.

Vidéographe a pris naissance en 1971 et s’est développé à partir de la technologie vidéo portative.  50 ans plus tard et avec dans sa collection près de 2 300 d’œuvres réalisées par des centaines de « vidéographes », on y croise une multitude de sujets, de points de vue et d’esthétiques.

Ce programme souligne l’une des forces largement inscrites dans la collection de Vidéographe, soit celle de l’expérimentation sur la matière – l’image et le son – qui sont ici manipulés par des cinéastes et vidéographes avides d’expérimenter les limites du médium.

Ces recherches formelles s’incarnent dans des d’œuvres expérimentales jouant avec le temps, des concepts et des idées. Une sélection d’œuvres permettant aussi de croiser l’univers de la performance et du documentaire, de voir ressurgir des techniques et des textures d’hier remixées par les bons soins d’artistes qui sortent des ornières tout en utilisant des images ou des techniques d’autrefois.  

*Veuillez noter qu’il y aura une remise au lendemain en cas de pluie.

 

PROGRAMME

Durée : 70 min

Manon Labrecque, C’t’aujourd’hui qu’, 18 min, 1999

Karl Lemieux, Western Sunburn, 10 min, 2007

Louise Bourque, Autoportrait / Self portrait post partum, 13 min, 2013

Maxime Corbeil-Perron, Ghostly, 7 min, 2013

Félix Lamarche, Terres fantômes, 20 min, 2019

 

BIOGRAPHIES

Manon Labrecque

Manon Labrecque a une formation en danse contemporaine et en arts visuels. Depuis 1991, elle crée des vidéos [monobandes et installations], des performances, des dessins, des photographies, des installations cinétiques et sonores.

Karl Lemieux

Karl Lemieux est un cinéaste. Plusieurs de ses courts-métrages, notamment Motion of Light (2004), Western Sunburn (2007), Trash and no star ! (2008), Passage (2008), Mamori (2010) et Trains (2011) ont été présentés à travers le monde dans des salles de musique clandestines, des cinémathèques, des musées, des galeries et des festivals de films renommés, tels que le Views from the Avant Garde – New-York Film Festival, le Rotterdam International Film Festival et le Toronto International Film Festival. Son œuvre Mamori, une production de l’Office national du film du Canada avec la musique de Francisco Lopez, a été présentée en tant qu’exposition solo au Musée d’art contemporain de Montréal. Elle fut également projetée au MOMA, le Museum of Modern Art de San Francisco et reçut le Grand Prix du festival international de film expérimental 25FPS, à Zagreb, en Croatie. En se servant de film 16mm, Karl Lemieux crée en direct des performances-projections en collaboration avec des musiciens et artistes sonores, tels que Godspeed You ! Black Emperor, The Black Keys, BJ Nilsen, Hiss Tracts (David Bryant [GY!BE, Set fire to flames], Kevin Doria [Growing], Jonathan Parant [Fly Pan Am]) et Hyena Hive (Bruno Julien [Maussade], Marc-Alexandre Reinhardt [Lanterner]). Il a aussi contribué à quatre pièces de théâtre mises en scène par Marie Brassard, Moi qui me parle à moi-même dans le futur (2010), L’Invisible (2008), The Glass Eye (2007) et Trieste (2013).

Louise Bourque

Après un exil de 30 ans aux États-Unis et ailleurs, la cinéaste Louise Bourque est récemment revenue s’établir à Montréal. Ses films ont été projetés dans une cinquantaine de pays et diffusés sur les ondes de PBS et de Sundance Channel aux États-Unis, ainsi qu’à Télé-Québec au Canada et SBS en Australie. Son œuvre a été présentée dans des musées prestigieux et des galeries dans le monde entier, notamment au Musée de la Civilisation et au Musée national des beaux-arts du Québec à Québec, à la National Gallery of Art à Washington, au Museum of Modern Art et au Whitney Museum of American Art à New York.

Maxime Corbeil-Perron

Maxime Corbeil-Perron est un artiste basé à Tio’tia:ke/Montréal, dont l’œuvre a été soulignée par de nombreux concours, médias et festivals internationaux. Sa pratique artistique se déploie dans une multiplicité de médiums : performance audiovisuelle, cinéma expérimental, composition électroacoustique, improvisation, art sonore et installation. Ses oeuvres actuelles présentent une approche liée à l’archéologie médiatique, dans lesquelles il cherche à établir des rapports entre médias obsolescents et technologies contemporaines, à la recherche de nouvelles possibilités esthétiques.

En tant que réalisateur, il a reçu le prix pour la meilleur animation expérimentale au Ann Arbor Film Festival (2021), le prix pour la meilleure oeuvre d’art et expérimentation aux Rendez-Vous Québec Cinéma (Canada, 2020) et le grand prix expérimental au Festival Tous Courts (France, 2020).

Il a également reçu une mention honorifique au Prix Ars Electronica (2021) dans la catégorie musique numérique et art sonores. Il a été artiste en résidence à EMS Stockholm (2018), Signal Culture (2017, 2019) et à la Société des Arts Technologiques (2019). Il détient un doctorat en création sonore de l’Université de Montréal.

maximecorbeilperron.com

Félix Lamarche

Diplômé de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) en cinéma, Félix s’intéresse à la fois aux formes novatrices et traditionnelles que peut prendre l’art cinématographique. Il explore présentement les possibilités de la pratique documentaire, de son influence sur notre perception du monde, du visible et de l’invisible. Il essaie par ailleurs d’élaborer un espace de création non-hiérarchique et une éthique du dialogue entre le film et le public. Il travaille présentement sur un premier long-métrage documentaire.

 

© Félix Lamarche, Terres fantômes, 2019

LES VIDÉOGRAPHES – REMIXAGE PERPÉTUEL

PROGRAMMATION

28 juillet 2021 à 20 h 30
Sur la place du 2320 rue des Carrières, Montréal

Gratuit



Dans le cadre du 50e anniversaire de Vidéographe et en collaboration avec Le Sémaphore, nous sommes ravis de présenter une projection publique en plein air avec un programme préparé par l’artiste Luc Bourdon. Cet événement marquera la première projection en présentiel de cette année et nous ne pourrions être plus heureux de partager ces merveilleux films avec le public.

Vidéographe a pris naissance en 1971 et s’est développé à partir de la technologie vidéo portative.  50 ans plus tard et avec dans sa collection près de 2 300 d’œuvres réalisées par des centaines de « vidéographes », on y croise une multitude de sujets, de points de vue et d’esthétiques.

Ce programme souligne l’une des forces largement inscrites dans la collection de Vidéographe, soit celle de l’expérimentation sur la matière – l’image et le son – qui sont ici manipulés par des cinéastes et vidéographes avides d’expérimenter les limites du médium.

Ces recherches formelles s’incarnent dans des d’œuvres expérimentales jouant avec le temps, des concepts et des idées. Une sélection d’œuvres permettant aussi de croiser l’univers de la performance et du documentaire, de voir ressurgir des techniques et des textures d’hier remixées par les bons soins d’artistes qui sortent des ornières tout en utilisant des images ou des techniques d’autrefois.  

*Veuillez noter qu’il y aura une remise au lendemain en cas de pluie.

 

PROGRAMME

Durée : 70 min

Manon Labrecque, C’t’aujourd’hui qu’, 18 min, 1999

Karl Lemieux, Western Sunburn, 10 min, 2007

Louise Bourque, Autoportrait / Self portrait post partum, 13 min, 2013

Maxime Corbeil-Perron, Ghostly, 7 min, 2013

Félix Lamarche, Terres fantômes, 20 min, 2019

 

BIOGRAPHIES

Manon Labrecque

Manon Labrecque a une formation en danse contemporaine et en arts visuels. Depuis 1991, elle crée des vidéos [monobandes et installations], des performances, des dessins, des photographies, des installations cinétiques et sonores.

Karl Lemieux

Karl Lemieux est un cinéaste. Plusieurs de ses courts-métrages, notamment Motion of Light (2004), Western Sunburn (2007), Trash and no star ! (2008), Passage (2008), Mamori (2010) et Trains (2011) ont été présentés à travers le monde dans des salles de musique clandestines, des cinémathèques, des musées, des galeries et des festivals de films renommés, tels que le Views from the Avant Garde – New-York Film Festival, le Rotterdam International Film Festival et le Toronto International Film Festival. Son œuvre Mamori, une production de l’Office national du film du Canada avec la musique de Francisco Lopez, a été présentée en tant qu’exposition solo au Musée d’art contemporain de Montréal. Elle fut également projetée au MOMA, le Museum of Modern Art de San Francisco et reçut le Grand Prix du festival international de film expérimental 25FPS, à Zagreb, en Croatie. En se servant de film 16mm, Karl Lemieux crée en direct des performances-projections en collaboration avec des musiciens et artistes sonores, tels que Godspeed You ! Black Emperor, The Black Keys, BJ Nilsen, Hiss Tracts (David Bryant [GY!BE, Set fire to flames], Kevin Doria [Growing], Jonathan Parant [Fly Pan Am]) et Hyena Hive (Bruno Julien [Maussade], Marc-Alexandre Reinhardt [Lanterner]). Il a aussi contribué à quatre pièces de théâtre mises en scène par Marie Brassard, Moi qui me parle à moi-même dans le futur (2010), L’Invisible (2008), The Glass Eye (2007) et Trieste (2013).

Louise Bourque

Après un exil de 30 ans aux États-Unis et ailleurs, la cinéaste Louise Bourque est récemment revenue s’établir à Montréal. Ses films ont été projetés dans une cinquantaine de pays et diffusés sur les ondes de PBS et de Sundance Channel aux États-Unis, ainsi qu’à Télé-Québec au Canada et SBS en Australie. Son œuvre a été présentée dans des musées prestigieux et des galeries dans le monde entier, notamment au Musée de la Civilisation et au Musée national des beaux-arts du Québec à Québec, à la National Gallery of Art à Washington, au Museum of Modern Art et au Whitney Museum of American Art à New York.

Maxime Corbeil-Perron

Maxime Corbeil-Perron est un artiste basé à Tio’tia:ke/Montréal, dont l’œuvre a été soulignée par de nombreux concours, médias et festivals internationaux. Sa pratique artistique se déploie dans une multiplicité de médiums : performance audiovisuelle, cinéma expérimental, composition électroacoustique, improvisation, art sonore et installation. Ses oeuvres actuelles présentent une approche liée à l’archéologie médiatique, dans lesquelles il cherche à établir des rapports entre médias obsolescents et technologies contemporaines, à la recherche de nouvelles possibilités esthétiques.

En tant que réalisateur, il a reçu le prix pour la meilleur animation expérimentale au Ann Arbor Film Festival (2021), le prix pour la meilleure oeuvre d’art et expérimentation aux Rendez-Vous Québec Cinéma (Canada, 2020) et le grand prix expérimental au Festival Tous Courts (France, 2020).

Il a également reçu une mention honorifique au Prix Ars Electronica (2021) dans la catégorie musique numérique et art sonores. Il a été artiste en résidence à EMS Stockholm (2018), Signal Culture (2017, 2019) et à la Société des Arts Technologiques (2019). Il détient un doctorat en création sonore de l’Université de Montréal.

maximecorbeilperron.com

Félix Lamarche

Diplômé de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) en cinéma, Félix s’intéresse à la fois aux formes novatrices et traditionnelles que peut prendre l’art cinématographique. Il explore présentement les possibilités de la pratique documentaire, de son influence sur notre perception du monde, du visible et de l’invisible. Il essaie par ailleurs d’élaborer un espace de création non-hiérarchique et une éthique du dialogue entre le film et le public. Il travaille présentement sur un premier long-métrage documentaire.