Barres représentant une icône de menu
Loupe représentant une icône de recherche
Lettre x représentant une icône de fermeture

© Have You Ever Killed a Bear? Or Becoming Jamila (2014) Marwa Arsanios / photo Mor Charpentier

Making Revolution: Collective histories, desired futures

PROGRAMMATION

Du 11 novembre au 11 décembre 2021
MAI | Montréal, arts interculturels

Gratuit sur réservation



Making Revolution explore les formes que prennent les luttes et les révolutions dans le Moyen-Orient et en Afrique du Nord à travers l’art vidéo et l’installation. Cette exposition commissariée par Farah Atoui et Viviane Saglier revisite l’histoire multiple des insurrections à travers la production et la circulation des images. Bien que les soulèvements de 2011 soient souvent considérés comme un point tournant dans l’histoire politique de la région, les six oeuvres vidéo ainsi que les trois installations présentées dans Making Revolution rompent avec cette manière de voir et convoquent des temporalités non-linéaires et affectives en s’intéressant à des révolutions antérieures et à leurs traces politiques et poétiques. En mettant de l’avant la corporéité qui façonne les soulèvements, ces œuvres attirent notre attention sur la dimension incarnée de la révolution à travers le médium de l’image en mouvement.

Cette exploration incisive et lumineuse cherche à distiller des imaginaires expérientiels et à faire émerger des visions fécondes pour les mouvements et luttes à venir.

 

Vernissage

11 novembre 17 h – 19 h à la galerie du MAI

Gratuit, réservation requise.

▶︎ Réservez vos billets ici [+]

▶︎ Événement facebook [+]


Oeuvres présentées

  • Muhammad Shawky Hassan, And on a Different Note, 2015
  • Ali Kays, Nothing Matters, 2005
  • Ali Cherri, Pipe Dreams, 2011
  • Marwa Arsanios, Have You Ever Killed a Bear? Or Becoming Jamila, 2014
  • Raed and Rania Rafei, Prologue, 2011
  • Jayce Salloum, Untitled: everything and nothing, 2001
  • Sanaz Sohrabi, Notes on Seeing Double, 2018
  • Basel Abbas and Ruanne Abourahme, At those terrifying frontiers where the existence and disappearance of people fade into each other, 2018
  • Mosireen, Prayer of Fear, 2013

 

Visites guidées

  • Visite guidée en français, avec Lynn Kodeih: 16 novembre 2021, à 16 h
  • Visite guidée en anglais, avec Farah Atoui: 19 novembre 2021, à 15 h (COMPLET)
  • Visite guidée en anglais, avec Viviane Saglier: 25 novembre 2021, à 13 h (COMPLET)
  • Visite guidée en arabe, avec Razan AlSalah: 3 décembre 2021, à 16 h

▶︎ Réservez votre visite ici [+]

▶︎ Événement facebook [+]


Projection de films

13 novembre 2021, à 19 h 30

Mohamad Malas, The Dream// Al-manam, 1987, 45 min

Tourné à Beyrouth dans les camps palestiniens de Sabra, Chatila, Burj al-Barajneh et Ain al-Hulweh, avant l’invasion et les massacres israéliens, le film reproduit les ruelles et les maisons des villages de Palestine, où la caméra s’aventure comme dans le labyrinthe des mémoires. Ce que racontent les Palestiniens, ce sont leurs rêves : apparitions de personnages célèbres, d’amis ou de parents disparus, images et sons de bombardements et d’avions, moments de peur ou d’amour, images d’une terre devenue lointaine. Jeunes et vieux, hommes et femmes racontent leurs rêves, un morceau de leur monde intérieur.

« En 1981, les Palestinien.ne.s vivaient toujours dans des camps de réfugiés en attendant de rentrer chez eux. Je voulais comprendre l’image que deux générations de Palestinien.ne.s exilé.e.s avaient de leur pays. Ceux qui y avaient vécu et qui se souvenaient de la vie qu’ils y avaient vécue, et ceux.elles qui étaient né.e.s dans les camps et y avaient grandi. J’étais convaincu que les rêves seraient l’élément le plus à même de me transmettre cette image, bien plus que les slogans… » Mohamed Malas

 

Umama Hamido, On Akka’s Shore, 2019, 60 min

On Akka’s Shore (Sur le rivage d’Acre) est un mémoire emprunté de fiction qui retrace les hallucinations, rêves, et expériences extra-corporelles de Umama et de son ami Tareq Al Jazzar. Les scènes glissent entre Acre en Palestine, un camp de réfugiés au Liban, la ville de naissance de Hamido, Beyrouth et Londres, et leur lieu de résidence actuel. On Akka’s Shore nous entraîne dans une exploration du chaos de la mémoire et de sa relation avec l’histoire personnelle et collective.

« Hier j’ai rêvé que je survolais les rues de Beyrouth. Je me confondais avec ma caméra; mon corps, mon oeil et l’entièreté de mon être faisaient un avec la lentille. Tu m’as demandé comment c’était. Je t’ai dit, ce sentiment est semblable à tout ce qui le compose. Penses-tu que les lieux restent bloqués dans le temps quand on les quitte? » Umama Hamido

▶︎ Achetez vos billets ici [+]

▶︎ Événement facebook[+]


BIOGRAPHIES

Mohamad Malas

Mohamed Malas est né en 1945 à Kouneitra dans le Golan. Après ses études à l’Ecole normale, il enseigne la philosophie de 1965 à 1968 avant d’étudier le cinéma au VGIK de Moscou en 1974.

Il est l’auteur de deux livres : Annonciations pour une ville qui vivait avant la guerre (Beyrouth, 1979), Le Rêve (Beyrouth, 1980) et de nombreux articles.

Il a été le co-scénariste d’Omar Amiralay pour son projet sur les Carmathes (voir infra).

Hulmu madinatin saghira (Rêve d’une petite ville, cm fiction, 1971), Al-yawn al-sabi (Le Septième jour, cm fiction, 1972), Al-kullu fi makanihi wa kullu chai ala ma yuram (Tout va bien mon général, cm fiction, 1974), Quneitra 74 (Kouneitra 74, cm fiction documentée, 1974), Al-dhakira (La Mémoire, doc., 1977), Al-Furat (L’Euphrate, doc., 1977), Ahlam al-madina (Les Rêves de la ville, fiction, 1984 – Cannes 1984 – écrit avec Samir Zikra), Al-manam (Le Rêve, doc. 1986), Al-layl ( La Nuit, 1992 – écrit avec Oussama Mohammad), Nour wa dhalam (Ombre et lumière, doc., 1994) avec Omar Amiralay et Oussama Mohammad, Sabri Mudallah le semeur de voix (doc., 1998), Fawk arraml, thata acchams (Sur le sable sous le soleil, fiction, 1998, co-réalisation Hala Alabdalla Yakoub), Bab almakam (Passion, fiction, 2005), Sullam Ila Dimashq (Ladder to Damascus, fiction, 2013).

Umama Hamido

Umama Hamido est une artiste et cinéaste née en 1987 au Liban et présentement basée à Londres. Son travail examine les expériences vécues et partagées autour de l’immigration à travers une perspective à la fois psychologique, socio-politique et judiciaire. En partant de positionnements marginaux et dans des limbes administratives, elle explore notre relation aux espaces traumatiques, et comment la formation du sujet est affectée par la séparation entre le pays d’origine et le regard de l’exilé.e.

 

 

Logo MAI

© Have You Ever Killed a Bear? Or Becoming Jamila (2014) Marwa Arsanios / photo Mor Charpentier

Making Revolution: Collective histories, desired futures

PROGRAMMATION

Du 11 novembre au 11 décembre 2021
MAI | Montréal, arts interculturels

Gratuit sur réservation



Making Revolution explore les formes que prennent les luttes et les révolutions dans le Moyen-Orient et en Afrique du Nord à travers l’art vidéo et l’installation. Cette exposition commissariée par Farah Atoui et Viviane Saglier revisite l’histoire multiple des insurrections à travers la production et la circulation des images. Bien que les soulèvements de 2011 soient souvent considérés comme un point tournant dans l’histoire politique de la région, les six oeuvres vidéo ainsi que les trois installations présentées dans Making Revolution rompent avec cette manière de voir et convoquent des temporalités non-linéaires et affectives en s’intéressant à des révolutions antérieures et à leurs traces politiques et poétiques. En mettant de l’avant la corporéité qui façonne les soulèvements, ces œuvres attirent notre attention sur la dimension incarnée de la révolution à travers le médium de l’image en mouvement.

Cette exploration incisive et lumineuse cherche à distiller des imaginaires expérientiels et à faire émerger des visions fécondes pour les mouvements et luttes à venir.

 

Vernissage

11 novembre 17 h – 19 h à la galerie du MAI

Gratuit, réservation requise.

▶︎ Réservez vos billets ici [+]

▶︎ Événement facebook [+]


Oeuvres présentées

  • Muhammad Shawky Hassan, And on a Different Note, 2015
  • Ali Kays, Nothing Matters, 2005
  • Ali Cherri, Pipe Dreams, 2011
  • Marwa Arsanios, Have You Ever Killed a Bear? Or Becoming Jamila, 2014
  • Raed and Rania Rafei, Prologue, 2011
  • Jayce Salloum, Untitled: everything and nothing, 2001
  • Sanaz Sohrabi, Notes on Seeing Double, 2018
  • Basel Abbas and Ruanne Abourahme, At those terrifying frontiers where the existence and disappearance of people fade into each other, 2018
  • Mosireen, Prayer of Fear, 2013

 

Visites guidées

  • Visite guidée en français, avec Lynn Kodeih: 16 novembre 2021, à 16 h
  • Visite guidée en anglais, avec Farah Atoui: 19 novembre 2021, à 15 h (COMPLET)
  • Visite guidée en anglais, avec Viviane Saglier: 25 novembre 2021, à 13 h (COMPLET)
  • Visite guidée en arabe, avec Razan AlSalah: 3 décembre 2021, à 16 h

▶︎ Réservez votre visite ici [+]

▶︎ Événement facebook [+]


Projection de films

13 novembre 2021, à 19 h 30

Mohamad Malas, The Dream// Al-manam, 1987, 45 min

Tourné à Beyrouth dans les camps palestiniens de Sabra, Chatila, Burj al-Barajneh et Ain al-Hulweh, avant l’invasion et les massacres israéliens, le film reproduit les ruelles et les maisons des villages de Palestine, où la caméra s’aventure comme dans le labyrinthe des mémoires. Ce que racontent les Palestiniens, ce sont leurs rêves : apparitions de personnages célèbres, d’amis ou de parents disparus, images et sons de bombardements et d’avions, moments de peur ou d’amour, images d’une terre devenue lointaine. Jeunes et vieux, hommes et femmes racontent leurs rêves, un morceau de leur monde intérieur.

« En 1981, les Palestinien.ne.s vivaient toujours dans des camps de réfugiés en attendant de rentrer chez eux. Je voulais comprendre l’image que deux générations de Palestinien.ne.s exilé.e.s avaient de leur pays. Ceux qui y avaient vécu et qui se souvenaient de la vie qu’ils y avaient vécue, et ceux.elles qui étaient né.e.s dans les camps et y avaient grandi. J’étais convaincu que les rêves seraient l’élément le plus à même de me transmettre cette image, bien plus que les slogans… » Mohamed Malas

 

Umama Hamido, On Akka’s Shore, 2019, 60 min

On Akka’s Shore (Sur le rivage d’Acre) est un mémoire emprunté de fiction qui retrace les hallucinations, rêves, et expériences extra-corporelles de Umama et de son ami Tareq Al Jazzar. Les scènes glissent entre Acre en Palestine, un camp de réfugiés au Liban, la ville de naissance de Hamido, Beyrouth et Londres, et leur lieu de résidence actuel. On Akka’s Shore nous entraîne dans une exploration du chaos de la mémoire et de sa relation avec l’histoire personnelle et collective.

« Hier j’ai rêvé que je survolais les rues de Beyrouth. Je me confondais avec ma caméra; mon corps, mon oeil et l’entièreté de mon être faisaient un avec la lentille. Tu m’as demandé comment c’était. Je t’ai dit, ce sentiment est semblable à tout ce qui le compose. Penses-tu que les lieux restent bloqués dans le temps quand on les quitte? » Umama Hamido

▶︎ Achetez vos billets ici [+]

▶︎ Événement facebook[+]


BIOGRAPHIES

Mohamad Malas

Mohamed Malas est né en 1945 à Kouneitra dans le Golan. Après ses études à l’Ecole normale, il enseigne la philosophie de 1965 à 1968 avant d’étudier le cinéma au VGIK de Moscou en 1974.

Il est l’auteur de deux livres : Annonciations pour une ville qui vivait avant la guerre (Beyrouth, 1979), Le Rêve (Beyrouth, 1980) et de nombreux articles.

Il a été le co-scénariste d’Omar Amiralay pour son projet sur les Carmathes (voir infra).

Hulmu madinatin saghira (Rêve d’une petite ville, cm fiction, 1971), Al-yawn al-sabi (Le Septième jour, cm fiction, 1972), Al-kullu fi makanihi wa kullu chai ala ma yuram (Tout va bien mon général, cm fiction, 1974), Quneitra 74 (Kouneitra 74, cm fiction documentée, 1974), Al-dhakira (La Mémoire, doc., 1977), Al-Furat (L’Euphrate, doc., 1977), Ahlam al-madina (Les Rêves de la ville, fiction, 1984 – Cannes 1984 – écrit avec Samir Zikra), Al-manam (Le Rêve, doc. 1986), Al-layl ( La Nuit, 1992 – écrit avec Oussama Mohammad), Nour wa dhalam (Ombre et lumière, doc., 1994) avec Omar Amiralay et Oussama Mohammad, Sabri Mudallah le semeur de voix (doc., 1998), Fawk arraml, thata acchams (Sur le sable sous le soleil, fiction, 1998, co-réalisation Hala Alabdalla Yakoub), Bab almakam (Passion, fiction, 2005), Sullam Ila Dimashq (Ladder to Damascus, fiction, 2013).

Umama Hamido

Umama Hamido est une artiste et cinéaste née en 1987 au Liban et présentement basée à Londres. Son travail examine les expériences vécues et partagées autour de l’immigration à travers une perspective à la fois psychologique, socio-politique et judiciaire. En partant de positionnements marginaux et dans des limbes administratives, elle explore notre relation aux espaces traumatiques, et comment la formation du sujet est affectée par la séparation entre le pays d’origine et le regard de l’exilé.e.

 

 

Logo MAI

© Have You Ever Killed a Bear? Or Becoming Jamila (2014) Marwa Arsanios / photo Mor Charpentier

Making Revolution: Collective histories, desired futures

PROGRAMMATION

Du 11 novembre au 11 décembre 2021
MAI | Montréal, arts interculturels

Gratuit sur réservation



Making Revolution explore les formes que prennent les luttes et les révolutions dans le Moyen-Orient et en Afrique du Nord à travers l’art vidéo et l’installation. Cette exposition commissariée par Farah Atoui et Viviane Saglier revisite l’histoire multiple des insurrections à travers la production et la circulation des images. Bien que les soulèvements de 2011 soient souvent considérés comme un point tournant dans l’histoire politique de la région, les six oeuvres vidéo ainsi que les trois installations présentées dans Making Revolution rompent avec cette manière de voir et convoquent des temporalités non-linéaires et affectives en s’intéressant à des révolutions antérieures et à leurs traces politiques et poétiques. En mettant de l’avant la corporéité qui façonne les soulèvements, ces œuvres attirent notre attention sur la dimension incarnée de la révolution à travers le médium de l’image en mouvement.

Cette exploration incisive et lumineuse cherche à distiller des imaginaires expérientiels et à faire émerger des visions fécondes pour les mouvements et luttes à venir.

 

Vernissage

11 novembre 17 h – 19 h à la galerie du MAI

Gratuit, réservation requise.

▶︎ Réservez vos billets ici [+]

▶︎ Événement facebook [+]


Oeuvres présentées

  • Muhammad Shawky Hassan, And on a Different Note, 2015
  • Ali Kays, Nothing Matters, 2005
  • Ali Cherri, Pipe Dreams, 2011
  • Marwa Arsanios, Have You Ever Killed a Bear? Or Becoming Jamila, 2014
  • Raed and Rania Rafei, Prologue, 2011
  • Jayce Salloum, Untitled: everything and nothing, 2001
  • Sanaz Sohrabi, Notes on Seeing Double, 2018
  • Basel Abbas and Ruanne Abourahme, At those terrifying frontiers where the existence and disappearance of people fade into each other, 2018
  • Mosireen, Prayer of Fear, 2013

 

Visites guidées

  • Visite guidée en français, avec Lynn Kodeih: 16 novembre 2021, à 16 h
  • Visite guidée en anglais, avec Farah Atoui: 19 novembre 2021, à 15 h (COMPLET)
  • Visite guidée en anglais, avec Viviane Saglier: 25 novembre 2021, à 13 h (COMPLET)
  • Visite guidée en arabe, avec Razan AlSalah: 3 décembre 2021, à 16 h

▶︎ Réservez votre visite ici [+]

▶︎ Événement facebook [+]


Projection de films

13 novembre 2021, à 19 h 30

Mohamad Malas, The Dream// Al-manam, 1987, 45 min

Tourné à Beyrouth dans les camps palestiniens de Sabra, Chatila, Burj al-Barajneh et Ain al-Hulweh, avant l’invasion et les massacres israéliens, le film reproduit les ruelles et les maisons des villages de Palestine, où la caméra s’aventure comme dans le labyrinthe des mémoires. Ce que racontent les Palestiniens, ce sont leurs rêves : apparitions de personnages célèbres, d’amis ou de parents disparus, images et sons de bombardements et d’avions, moments de peur ou d’amour, images d’une terre devenue lointaine. Jeunes et vieux, hommes et femmes racontent leurs rêves, un morceau de leur monde intérieur.

« En 1981, les Palestinien.ne.s vivaient toujours dans des camps de réfugiés en attendant de rentrer chez eux. Je voulais comprendre l’image que deux générations de Palestinien.ne.s exilé.e.s avaient de leur pays. Ceux qui y avaient vécu et qui se souvenaient de la vie qu’ils y avaient vécue, et ceux.elles qui étaient né.e.s dans les camps et y avaient grandi. J’étais convaincu que les rêves seraient l’élément le plus à même de me transmettre cette image, bien plus que les slogans… » Mohamed Malas

 

Umama Hamido, On Akka’s Shore, 2019, 60 min

On Akka’s Shore (Sur le rivage d’Acre) est un mémoire emprunté de fiction qui retrace les hallucinations, rêves, et expériences extra-corporelles de Umama et de son ami Tareq Al Jazzar. Les scènes glissent entre Acre en Palestine, un camp de réfugiés au Liban, la ville de naissance de Hamido, Beyrouth et Londres, et leur lieu de résidence actuel. On Akka’s Shore nous entraîne dans une exploration du chaos de la mémoire et de sa relation avec l’histoire personnelle et collective.

« Hier j’ai rêvé que je survolais les rues de Beyrouth. Je me confondais avec ma caméra; mon corps, mon oeil et l’entièreté de mon être faisaient un avec la lentille. Tu m’as demandé comment c’était. Je t’ai dit, ce sentiment est semblable à tout ce qui le compose. Penses-tu que les lieux restent bloqués dans le temps quand on les quitte? » Umama Hamido

▶︎ Achetez vos billets ici [+]

▶︎ Événement facebook[+]


BIOGRAPHIES

Mohamad Malas

Mohamed Malas est né en 1945 à Kouneitra dans le Golan. Après ses études à l’Ecole normale, il enseigne la philosophie de 1965 à 1968 avant d’étudier le cinéma au VGIK de Moscou en 1974.

Il est l’auteur de deux livres : Annonciations pour une ville qui vivait avant la guerre (Beyrouth, 1979), Le Rêve (Beyrouth, 1980) et de nombreux articles.

Il a été le co-scénariste d’Omar Amiralay pour son projet sur les Carmathes (voir infra).

Hulmu madinatin saghira (Rêve d’une petite ville, cm fiction, 1971), Al-yawn al-sabi (Le Septième jour, cm fiction, 1972), Al-kullu fi makanihi wa kullu chai ala ma yuram (Tout va bien mon général, cm fiction, 1974), Quneitra 74 (Kouneitra 74, cm fiction documentée, 1974), Al-dhakira (La Mémoire, doc., 1977), Al-Furat (L’Euphrate, doc., 1977), Ahlam al-madina (Les Rêves de la ville, fiction, 1984 – Cannes 1984 – écrit avec Samir Zikra), Al-manam (Le Rêve, doc. 1986), Al-layl ( La Nuit, 1992 – écrit avec Oussama Mohammad), Nour wa dhalam (Ombre et lumière, doc., 1994) avec Omar Amiralay et Oussama Mohammad, Sabri Mudallah le semeur de voix (doc., 1998), Fawk arraml, thata acchams (Sur le sable sous le soleil, fiction, 1998, co-réalisation Hala Alabdalla Yakoub), Bab almakam (Passion, fiction, 2005), Sullam Ila Dimashq (Ladder to Damascus, fiction, 2013).

Umama Hamido

Umama Hamido est une artiste et cinéaste née en 1987 au Liban et présentement basée à Londres. Son travail examine les expériences vécues et partagées autour de l’immigration à travers une perspective à la fois psychologique, socio-politique et judiciaire. En partant de positionnements marginaux et dans des limbes administratives, elle explore notre relation aux espaces traumatiques, et comment la formation du sujet est affectée par la séparation entre le pays d’origine et le regard de l’exilé.e.

 

 

Logo MAI