Barres représentant une icône de menu
Loupe représentant une icône de recherche
Lettre x représentant une icône de fermeture

© Kevin Bacon Hervieux, Innu Nikamu: Resist and Sing, 2017

VIDÉOGRAPHE À 50 ANS : Innu Nikamu : Chanter la résistance de Kevin Bacon Hervieux

PROGRAMMATION

2 septembre au 11 octobre
Vithèque

Free



Le 2 juin 2019, le documentaire Innu Nikamu : Chanter la résistance remporte le prix Iris du meilleur film documentaire. Le jeune cinéaste innu Kevin Bacon Hervieux devient le premier artiste autochtone à recevoir ce prix. À l’occasion de son 50e anniversaire, Vidéographe tient à souligner cet accomplissement et l’importance d’un film qui explore la culture et l’histoire récente des Premières Nations.

Synopsis

Innu Nikamu : chanter la résistance raconte les origines et l’évolution du Festival de musique et des arts autochtones Innu Nikamu, intimement liées aux racines territoriales des Innus et plus particulièrement à la vie de la communauté de Mani-Utenam. Pendant des millénaires, les Innus ont suivi un cycle de migration saisonnière en arpentant l’immense territoire des caribous l’hiver et revenant chaque été sur la rive nord du Saint-Laurent. Les fêtes, les rencontres et les cérémonies traditionnelles ont marqués cette période, et le Festival est devenu la réincarnation moderne de cette ancienne célébration estivale.

Au 20e siècle, le pensionnat Notre-Dame, à Mani-Utenam, qui arrachait les jeunes Innus de la Côte-Nord à leur famille, leur territoire et leur culture, participait à un violent programme d’assimilation imposé par le gouvernement canadien à l’échelle du pays et a laissé une cicatrice indélébile dans la communauté. À la fermeture du pensionnat, des bâtiments ont été démolis et enterrés dans un champ qui est devenu, en 1985, le site de Innu Nikamu. Grâce à la musique qui a accompagné les Innus tout au long de leur histoire, le réalisateur Kevin Bacon Hervieux retrace la fabuleuse aventure des fondateurs du festival, des musiciens, des artisans et collaborateurs qui ont allumé l’espoir d’un peuple en détresse, en osant croire que le défi de la réappropriation de leur culture et de leur langue n’était pas impossible.

© Kevin Bacon Hervieux, Innu Nikamu: Resist and Sing, 2017

VIDÉOGRAPHE À 50 ANS : Innu Nikamu : Chanter la résistance de Kevin Bacon Hervieux

PROGRAMMATION

2 septembre au 11 octobre
Vithèque

Free



Le 2 juin 2019, le documentaire Innu Nikamu : Chanter la résistance remporte le prix Iris du meilleur film documentaire. Le jeune cinéaste innu Kevin Bacon Hervieux devient le premier artiste autochtone à recevoir ce prix. À l’occasion de son 50e anniversaire, Vidéographe tient à souligner cet accomplissement et l’importance d’un film qui explore la culture et l’histoire récente des Premières Nations.

Synopsis

Innu Nikamu : chanter la résistance raconte les origines et l’évolution du Festival de musique et des arts autochtones Innu Nikamu, intimement liées aux racines territoriales des Innus et plus particulièrement à la vie de la communauté de Mani-Utenam. Pendant des millénaires, les Innus ont suivi un cycle de migration saisonnière en arpentant l’immense territoire des caribous l’hiver et revenant chaque été sur la rive nord du Saint-Laurent. Les fêtes, les rencontres et les cérémonies traditionnelles ont marqués cette période, et le Festival est devenu la réincarnation moderne de cette ancienne célébration estivale.

Au 20e siècle, le pensionnat Notre-Dame, à Mani-Utenam, qui arrachait les jeunes Innus de la Côte-Nord à leur famille, leur territoire et leur culture, participait à un violent programme d’assimilation imposé par le gouvernement canadien à l’échelle du pays et a laissé une cicatrice indélébile dans la communauté. À la fermeture du pensionnat, des bâtiments ont été démolis et enterrés dans un champ qui est devenu, en 1985, le site de Innu Nikamu. Grâce à la musique qui a accompagné les Innus tout au long de leur histoire, le réalisateur Kevin Bacon Hervieux retrace la fabuleuse aventure des fondateurs du festival, des musiciens, des artisans et collaborateurs qui ont allumé l’espoir d’un peuple en détresse, en osant croire que le défi de la réappropriation de leur culture et de leur langue n’était pas impossible.

© Kevin Bacon Hervieux, Innu Nikamu: Resist and Sing, 2017

VIDÉOGRAPHE À 50 ANS : Innu Nikamu : Chanter la résistance de Kevin Bacon Hervieux

PROGRAMMATION

2 septembre au 11 octobre
Vithèque

Free



Le 2 juin 2019, le documentaire Innu Nikamu : Chanter la résistance remporte le prix Iris du meilleur film documentaire. Le jeune cinéaste innu Kevin Bacon Hervieux devient le premier artiste autochtone à recevoir ce prix. À l’occasion de son 50e anniversaire, Vidéographe tient à souligner cet accomplissement et l’importance d’un film qui explore la culture et l’histoire récente des Premières Nations.

Synopsis

Innu Nikamu : chanter la résistance raconte les origines et l’évolution du Festival de musique et des arts autochtones Innu Nikamu, intimement liées aux racines territoriales des Innus et plus particulièrement à la vie de la communauté de Mani-Utenam. Pendant des millénaires, les Innus ont suivi un cycle de migration saisonnière en arpentant l’immense territoire des caribous l’hiver et revenant chaque été sur la rive nord du Saint-Laurent. Les fêtes, les rencontres et les cérémonies traditionnelles ont marqués cette période, et le Festival est devenu la réincarnation moderne de cette ancienne célébration estivale.

Au 20e siècle, le pensionnat Notre-Dame, à Mani-Utenam, qui arrachait les jeunes Innus de la Côte-Nord à leur famille, leur territoire et leur culture, participait à un violent programme d’assimilation imposé par le gouvernement canadien à l’échelle du pays et a laissé une cicatrice indélébile dans la communauté. À la fermeture du pensionnat, des bâtiments ont été démolis et enterrés dans un champ qui est devenu, en 1985, le site de Innu Nikamu. Grâce à la musique qui a accompagné les Innus tout au long de leur histoire, le réalisateur Kevin Bacon Hervieux retrace la fabuleuse aventure des fondateurs du festival, des musiciens, des artisans et collaborateurs qui ont allumé l’espoir d’un peuple en détresse, en osant croire que le défi de la réappropriation de leur culture et de leur langue n’était pas impossible.